Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

img368.jpg

Chers Amis.

Comme vous le savez, la décision de choisir le 19 mars, date du Cessez-le-Feu en Algérie, comme Journée Nationale du Souvenir a été prise sur proposition d’un grand blessé de la Guerre d’Algérie lors du 4ème Congrès National de Noisy-le-Sec, en 1963.

Depuis 49 ans, nous avons mené diverses actions importantes pour la reconnaissance du 19 mars :      20904 vœux de Conseils Municipaux, Généraux, Régionaux ou d’UDAC, actions auprès des parlementaires, délégations auprès des divers Ministres ou Secrétaires d’État mais également auprès des Groupes Parlementaires, des autorités préfectorales et la mise en place d’un Conseil Parlementaire. Cela a permis le dépôt et la discussion d’une Proposition de Loi pour l’Officialisation du 19 mars à l’Assemblée Nationale, le 22 janvier 2002, votée par 58% des Députés.

En 2007, une promesse par courrier avait été faite par François Hollande, Secrétaire du Parti Socialiste, nous informant que, s’il revenait au pouvoir, il y aurait la reconnaissance du 19 mars et l’abrogation du 5 décembre.

Le Parti Socialiste ayant la majorité au Sénat et à l’Assemblée nationale suite aux législatives, Monsieur le Sénateur Alain Néri, a déposé au Sénat la proposition de loi adoptée par l’Assemblée Nationale le 22 janvier 2002.

Un premier débat a eu lieu le 25 octobre dernier mais l’opposition a fait en sorte qu’il n’y ait pas de vote et a reporté la discussion à une date qui devait être le 20 novembre 2012, date finalement avancée au 8 novembre.

Débat difficile avec l’opposition et plus particulièrement l’UMP qui a présenté 2 amendements pour contrer la proposition de loi mais, tous deux rejetés. Cette discussion a vu l’affrontement entre le rapporteur, les sénateurs et l’opposition qui a souvent mis en avant la situation des rapatriés et des harkis sans jamais évoquer le contingent, ni l’attitude de l’OAS en 1962.

Là encore, les débats n’ont pu se terminer avant 13h, en raison des multiples interventions de l’opposition et ont repris à partir de 16h.

La décision a été une victoire de la majorité et bien sûr pour la FNACA puisque le vote a permis l’officialisation du 19 mars par 181 voix pour et 154 contre.

Suite à ce vote une soixantaine de Sénateurs ainsi que 60 députés a demandé la saisine du Conseil Constitutionnel afin de remettre en cause cette proposition pour problème de constitutionnalité.

Le Conseil Constitutionnel avait un mois pour statuer et le verdict est tombé le 29 novembre au soir : avis favorable du Conseil Constitutionnel pour l’officialisation du 19 mars comme journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Le ministre, Monsieur Kader Arif, a téléphoné au président national de la FNACA Guy Darmanin, pour lui annoncer la bonne nouvelle et lui faire part que le décret sera promulgué sous une quinzaine de jours… Ce qui a été fait.

Notre combat de 49 ans a donné raison à notre unité, notre force et notre détermination sans faille. Cette victoire appartient à la seule FNACA et au dévouement de l’ensemble de nos responsables et de nos adhérents.

Mais…  concernant le Président de la République François Hollande… Il y a cependant une promesse qu’il a faite et qu’il n’aurait, semble-t-il pas l’intention de tenir… au vu des documents officiels que nous détenons, le décret du 26 septembre 2003 qui fait du 5 décembre une date arbitraire et fantaisiste, ce décret ne sera abrogé…

La guerre d’Algérie aura donc 2 dates de commémorations officielles et nationales : le 19 mars et le 5 décembre… ce qui a fait dire à la sénatrice Esther Benbassa du Parti des Ecologistes «  Si vous n’avez pas de pain vous avez au moins des commémorations » elle a raison tellement cette situation parait aberrante… car la première guerre mondiale avec 1.315.000 victimes françaises n’a qu’une seule date de commémoration le 11 novembre ; la seconde guerre mondiale, avec 541.000 victimes françaises n’a qu’une seule date de commémoration, le 8 mai…

Et la guerre d’Algérie, environ 30000 victimes comptera donc deux commémorations… Cette situation est regrettable… Et même inacceptable si l’on en croit les raisons supposées qui ont conduit les autorités à réagir ainsi… pour des raisons « électoralistes » « caresser dans le sens du poil les nostalgiques de l’Algérie française.

Espérons, toutefois, que François Hollande se ressaisisse et fasse évoluer cette situation dans le bon sens… c’est-à-dire caresser dans le sens du poil plutôt la 3e génération du feu.

Michel Dandelot 

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :