Après 50 années de réclamation, de visites auprès des élus, d’arguments, de demandes de vœux auprès des communes, du Conseil jl.jpggénéral et du Conseil Régional, d’inaugurations de près de 100 rues ou autres sites du « 19 mars 1962 – Cessez le feu de la guerre d’Algérie, dans notre département, le Sénat, a voté ce 8 novembre en fin d’après-midi la proposition de loi votée le 22 janvier 2002, par l’Assemblée Nationale dans les mêmes termes, ne nécessitant donc aucune nouvelle présentation à l’Assemblée Nationale.
Cette proposition a donc maintenant force de Loi, il ne manque plus que sa promulgation par le président de la République, nous espérons que ce sera chose faite dans les semaines qui viennent, laissant espérer que cette année sera la dernière à célébrer la Saint-Gérald, (moine de Moissac, qui fut mandé par les Églises de France et d’Espagne, en raison de sa sagesse et de son habileté à éteindre les conflits). Il a sans aucun doute éclairé les sénateurs pour les diriger dans leur vote !
La sagesse et la raison viennent ainsi de triompher de la bêtise et de la méchanceté de certains à notre égard. Il suffisait d’entendre les arguments d’une sénatrice nous traitant de porteur de valise, tous de gauche… (Refrain connu)
Ce qui m’a paru curieux, c’est qu’à aucun moment le nom de l’O.A.S. ne fut cité dans les débats pour expliquer pourquoi le Cessez-le-feu n’avait pas fonctionné ! Comme quoi certains, responsables sont devenus amnésiques en un demi-siècle. Ce sont sans doute les mêmes qui nous expliquaient la différence entre la bonne et la mauvaise torture.
Quoi qu’il en soit, apprêtons nous à commémorer un 19 mars 2013 devenu officiel qui verra les préfets, l’armée y participer à nos côtés, grâce : à la loi votée le 08 novembre, à la décision du Conseil constitutionnel du 29 novembre et à la parution au Journal Officiel du 06 décembre 2012.

Jean Lécrigny
Vice président national de la FNACA
Responsable de la Région Bourgogne / Franche-Comté

*****************************************************************

Bien sûr, mon cher Jean Lécrigny, c’est important que le 19 mars soit officialisé par la Loi du 6 décembre 2012, ceci dit nous avons quand même « une énorme épine dans le pied » car si l’on consulte la lettre de la Présidence de la République envoyée à plusieurs associations de nostalgériques, ainsi qu’à la FNACA nous pouvons lire cette phrase :

« Le Président de la République assure que la Loi du 6 décembre (officialisation du 19 mars) n’a pas pour effet d’abroger la date du 5 décembre »

Donc soyons un peu plus modeste dans ce genre de propos «Grande victoire»

Comme l’a écrit notre ami Jacques Cros « Devant l’impopularité de la politique qu’elle conduit, la Majorité tente des opérations politiciennes pour récupérer des voix ici ou là. Les nostalgériques de tout poil, Pieds Noirs ou harkis sont ciblés par la manœuvre »

Que ceux qui voyaient dans la loi du 6 décembre 2012 la fin annoncée des cérémonies officielles du 5 décembre veuillent bien prendre conscience qu’ils ont été trompés par les inspirateurs d’une politique mémorielle immuable depuis 2005 !

À moins que l’affront public infligé au ministre délégué aux Anciens Combattants Kader Arif mercredi dernier quai Branly l’ait découragé de chercher à courtiser plus longtemps les nostalgiques de l’ordre colonial !

Comme elles paraissent loin les paroles de François Hollande lorsqu’il disait :

img368-copie-1.jpg

Et, pourtant, les revanchards de l'Algérie française n'en veulent même pas du 5 décembre, puisqu'institué par le gaulliste Jacques Chirac et que pour eux, de Gaulle "est le plus grand traître de notre Histoire"

Pour votre information voici quelques réflexions prises au hasard sur l'un de leurs sites :

 fleche003d

 

Pour ma part je considère ce 5 décembre comme ne représentant rien au même
titre que le 19 mars sinon une élucubration du grand repentant Chirac et ne me sentant pas concerné j'attendrai que nos associations puissent débattre de concert pour trouver dans une belle unanimité une date digne de ce que nous fûmes ou d'un évènement incontestable de ce parcours enduré par ces Pieds Noirs que nous sommes depuis 1/2 siècle que nos descendants pourront évoquer et faire connaitre en toute fierté.
En attendant, je resterai à la maison ce jeudi 5 décembre.

Posté par jack37, il y a 9 jours

"...Et maintenant l'on s'active pour défendre le 5 Décembre, cette date qui a déjà divisé notre Communauté. Le 5 Décembre, selon de nombreux Partisans, a été l'os que l'on a jeté aux chiens pour calmer sa faim. .."
Phrase tirée de mon précédent message et qui justifie amplement notre désunion totale.
Je rejoins ce point de vue d'autant que le PLUS GRAND TORD de ceux qui ont accepté cette date a été de baisser les bras en se satisfaisant d'une date de commémoration ne représentant strictement rien.
Je répète que ce n'est pas 50 ans après notre exode qu'il faut se réveiller et je redis haut et fort que la quasi-totalité des IR...responsables d'Associations sont bel et bien l'échec face à ce 19 mars proclamé haut et fort par une seule Association UNIE qui n'a eut de cesse de se battre partout pour arriver à ses fins.
Nous récoltons ce que nous avons semé et, plutôt que poursuivre nos larmoiements, unissons nous cette fois pour faire face au péril qui attend notre descendance.

Posté par GUILLEM, il y a 8 jours

Question extrêmement difficile dans la mesure où cette date devrait, de mon point de vue, correspondre à un évènement marquant. Ce ne sont pas ceux qui manquent mais parmi ceux qui sont les plus symboliques - si l'expression convient - ce sont les massacres d'El-Halia-Philippeville, Rue d'Isly et Oran. La plus terrible tragédie étant celle d'Oran le 5 juillet 1962; d'une part par l'ampleur du massacre, d'autre part par la "passivité", hors quelques exceptions, des Troupes Françaises en présence.
Certes cette date correspond à celle de la Victoire (sic...) du FLN mais il n'en reste pas moins que cette date doit être inscrite dans toutes les mémoires car en plus de la cruauté des actes, de la trahison de l'Armée Française il y a également ce rejet par la France de ce génocide car c'est bien de cela qu'il s'agit; on en est très loin des 600 victimes d'Oradour que l'on arrête pas de nous bassiner. A Oran c'étaient également des Français que l'on assassinait, des femmes que l'on violait, des enfants que l'on dépeçait ou clouait sur une porte et cette ignominie alors que l'Armée Française était présente. A Oradour (paix aux victimes) ce fut très loin d'y ressembler.
Aussi en ce qui me concerne la date qui devrait marquer notre Communauté pour la mémoire de tous nos morts c'est bel et bien le 5 juillet et non ce 5 décembre que l'on nous a jeté en pâture.

Posté par GUILLEM,

 

 

 

 

Tag(s) : #Associations