image001.jpg

De nombreux anciens combattants étaient présents auprès des familles de victimes en ce jour de commémoration. Chloé Juhel / LCDA.

 http://www.lecourrierdelatlas.com/412008022013France-51e-commemoration-du-massacre-de-Charonne.html

Chaque année, ils sont une petite centaine à se rassembler devant le métro Charonne. Le 8 février 1962, 9 personnes décèdent lors de la répression d’une manifestation contre l’OAS et pour la paix en Algérie. Un massacre donné sous les ordres de Maurice Papon.

image0022.jpg

La station de métro Charonne devrait être rebaptisée « Charonne-Place du 8 février 1962 » dans les semaines qui viennent. Chloé Juhel / LCDA.

Le froid et les courants d’air de la bouche de métro de ce 8 février 2013 n’ont pas empêché les personnes de venir se souvenir. Ne pas oublier la mémoire des victimes du massacre de Charonne.

Cela fait 51 ans aujourd’hui que neuf personnes sont décédées dans les escaliers de cette même bouche de métro, piétinés et asphyxiés par les forces de l’ordre « qui ont projeté des grilles de fonte sur les manifestants et qui ont chargé sans sommation », grommelle un syndicaliste dans son coin.

Commemoration-51-ans-Charonne---Pere-Lachaise---8-II-2013.jpg

Manifestation pour la liberté

De nombreux anciens combattants sont présents. Des familles de victimes aussi. A l’énoncé de la liste des neuf personnes décédées le 8 février 1962, les yeux se baissent par pudeur. « C’est ici que sont morts ceux venus manifester pour la liberté, dans ces escaliers », raconte Daniel Renard, président du Comité Charonne pour la vérité et la justice, qui faisait partie des organisateurs de la manifestation du 8 février 1962.

9 victimes, 9 syndicalistes

Jean-Pierre Bernard, Fanny Dewerpe, Daniel Fery, Anne-Claude Godeau, Édouard Lemarchand, Suzanne Martorelle, Hippolyte Pina, Maurice Pochard, Raymond Wintgens. Le 8 février 1962, ces neuf syndicalistes de la CGT, dont huit étaient militants du Parti communiste, étaient assassinés, à la station de métro Charonne, par les brigades spéciales dirigées par Maurice Papon, à l’époque préfet de police de Paris. Une centaine d’autres personnes seront aussi blessées. Ils venaient de participer à une manifestation contre l’OAS et pour la paix en Algérie.

Commemoration-51-ans-Charonne---Pere-Lachaise----copie-1.jpg

Un "massacre d’Etat"

Les autorités publiques françaises n’ont aujourd’hui toujours pas reconnu leur rôle dans ce que les associations appellent un « massacre d’Etat ». Comme pour la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961, les responsables de ces massacres n’ont jamais été jugés.

En 1962, 5 jours après le drame, 1 million de personnes se rassemblent au cimetière du Père-Lachaise pour manifester leur soutien aux victimes du drame de Charonne. Aujourd’hui, cette page de l’histoire s’efface.

imagesgggg.jpeg

Station de métro rebaptisée

Malgré tout, cette 51e commémoration sera marquée par une petite victoire. La direction de la RATP a annoncé aux organisateurs du rassemblement, le matin-même et de façon informelle, que la station de métro Charonne devrait être rebaptisée « Charonne-Place du 8 février 1962 ». Et ce, dans les semaines qui viennent. « C’est une reconnaissance supplémentaire », concède, le sourire léger, Daniel Renard.

Chloé Juhel

 


Tag(s) : #Associations