020812 1605 TEXTEENMEMO14

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/42078

La Ligue française des droits de l’homme (LDH) a dénoncé mardi “avec force” les tentatives de réhabilitation des anciens tueurs de l’OAS  et les “dérives idéologiques” sur les aspects “positifs” de la colonisation. “Il est indispensable que soient officiellement reconnus, simplement  reconnus, les crimes et méfaits qui ont accompagné la colonisation et la guerre  d’indépendance de l’Algérie”, écrit la LDH dans un communiqué ouvert à signature.          “Indispensable, poursuit-elle, pour bannir en France toutes les formes de racisme que ces dérives alimentent. Indispensable pour permettre le renforcement des liens d’estime et d’amitié entre les peuples algérien et français, l’établissement  d’une coopération active et sincère entre la France et l’Algérie”.     Ce communiqué, intitulé “Non à de nouveaux éloges de l’OAS”, intervient  pour dénoncer la décision prise par le Collectif aixois des rapatriés (CAR)  d’inaugurer le 7 juin à Aix-en-Provence, un monument érigé “à la gloire” des  membres du sinistre commando Delta de l’OAS, Albert Dovecar et Claude Piegts.         
 Ces derniers ont participé à l’assassinat de Roger Gavoury, commissaire  central d’Alger, dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1961, au moment où s’ouvraient les négociations des Accords d’Evian pour mettre fin à la guerre d’Algérie. Condamnés à mort, Dovecar et Piegts ont été exécutés le 7 juin 1962.         
 Des monuments de même nature que ceux de Nice, Toulon, Perpignan et  Marignane, ont été érigés “à la gloire de tels assassins”, rappelle la LDH. “C’est précisément le 7 juin 2013 que le CAR a choisi pour inaugurer  à Aix-en-Provence cette stèle qui sera installée dans la cour de la maison du maréchal Alphonse Juin, propriété de la ville d’Aix, devenue véritable casemate de la nostalgie”, dénonce la LDH. Elle précise que l’actuelle équipe municipale en a confié la gestion au CAR qu’elle subventionne “abondamment”.          
 “Coutumier des éloges de la colonisation et de l’OAS, le président du collectif, René Andrès, lance un appel pour l’inauguration d’un espace appelé  à devenir le haut lieu de la mémoire, et de la conservation, de la vérité du  peuple Pied-Noir et Harkis”, déplore la Ligue française.          Elle affirme que l’Association de défense des anciens détenus de l’Algérie  française (ADIMAD) soutient cet appel, observant que ces “irréductibles de l’Algérie  française” ont prévu de se retrouver, comme chaque année, début juin autour de la tombe de Claude Piegts au Touvet, dans l’Isère. La LDH indique aussi que “l’hommage” initialement prévu le 2 juin “a soulevé de telles protestations” qu’il vient d’être interdit par la préfecture  de l’Isère. Ses initiateurs l’ont reporté au 9 juin, deux jours après la cérémonie d’Aix. Plusieurs organisations ont déjà signé ce communiqué dont le “Mrap”,  “Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons”, “l’Association  nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS” (ANPROMEVO), “l’Association Nationale des Pieds-Noirs Progressistes et leurs amis” (ANPNPA), “Les anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre” (ACG) et “le  Réseau Sortir du colonialisme”. De son côté, le “Réseau Sortir du colonialisme” a, dans un autre communiqué, “condamné” les appels faits dans plusieurs villes de France comme Perpignan ou Aix-en-Provence à se rassembler le 7 juin prochain pour “célébrer la mémoire  des tueurs de l’OAS et rendre hommage à l’Algérie Française et donc aux crimes  commis en son nom”. Il relève que dans plusieurs villes, les maires ont pris la “lourde  responsabilité” de soutenir ces manifestations “négationnistes intolérables”. Le “Réseau Sortir du colonialisme” demande également que soient retirées  ces stèles des lieux publics dédiés au recueillement et que soient prononcés  des arrêtés d’interdiction contre “des manifestations indignes faisant l’apologie  de crimes”.          Le Réseau affirme enfin soutenir toutes les initiatives de contre-manifestations qui auront lieu à cette occasion.

http://www.lindependant.fr/2013/06/05/stele-du-cimetiere-nord-l-appel-a-la-mobilisation,1761348.php

PERPIGNAN

Stèle du cimetière Nord :

 l'appel à la mobilisation

A Perpignan, la cérémonie du '7 juin' se profile dans un contexte marqué par la crispation autour de la guerre d'Algérie.A Perpignan, les cicatrices de la guerre d'Algérie sont toujours à vif. Et l'année 2013, marquée par la volonté du maire de ne pas participer à la cérémonie du 19-mars, retenue comme journée de commémoration nationale, n'aura pas aidé à la réconciliation. Dans ce contexte sensible, les membres du Collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée craignent une nouvelle "provocation" vendredi prochain devant le cimetière du Haut-Vernet de Perpignan. C'est là, en effet, que se trouve la stèle "aux fusillés, aux combattants tombés pour que vive l'Algérie française", érigée en 2003 et devant laquelle, chaque année, l'Adimad organise une cérémonie "'hommage' aux chefs OAS Bastien-Thiry, Degueldre, Dovecar et Piegts", détaillaient hier les membres du collectif. Depuis 2007, des arrêtés préfectoraux ont été pris chaque année afin d'interdire tout rassemblement aux abords du cimetière, dont les grilles restent fermées le 7 juin. "Or cette année, selon nos informations, l'Adimad sera à nouveau présente en nombre devant le cimetière. Nous pensons que, vu la montée actuelle de l'extrême droite dure, ce genre de manifestation dépasse le cadre de quelques nostalgiques du colonialisme français et de ses sbires. C'est pourquoi nous pensons que, quelle que soit la décision du préfet, nous devons être le plus nombreux possible ce jour-là devant le cimetière pour protester contre cette provocation raciste et colonialiste". Les membres du collectif appellent donc au rassemblement vendredi à 9 h à proximité de l'entrée du cimetière.

 

Tag(s) : #Associations