Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

hotel-du-parc.jpg
  

Le 31 mars 1961, Camille Blanc, alors maire d’Evian, disparaissait brutalement, victime d’un attentat perpétré par l’OAS.

Camille Blanc voulait la paix en Algérie et s’appliquait, pour cela, à ce que la ville d’Evian serve de cadre aux négociations de paix.

Son courage et sa détermination lui ont valu de perdre la vie.

Cet évènement tragique ne remettra pas en cause le programme des négociations qui commenceront le 20 mai 1961 avec l’arrivée des délégations sur le sol évianais pour se terminer le 19 mars 1962 par la signature des accords entre le F.L.N. algérien et le gouvernement français qui mettront fin à une guerre engagée huit ans plus tôt.

Ce jour-là, Evian rentrait dans l’histoire mais cette victoire de la paix ne parvenait pas à combler le vide immense et la tristesse qu’elle laissait aussi dans le cœur des Evianais.

Cinquante et un ans après, nous ne l'oublions pas et tenons à lui rendre hommage.

Pendant près de seize ans, il fut en effet un maire exemplaire pour la grande majorité de ses concitoyens de l’époque.

  camille-blanc-avait-ete-elu-en-1945-puis-reelu-en-1947-1953.jpg

  camille-blanc4.jpg

camille-blanc2.jpg

camille-blanc3.jpg

camille-blanc5.jpg

camille-blanc6.jpg

camille-blanc7.jpg

camille-blanc9.jpg

Camille Blanc avait été élu en 1945 puis réélu en 1947, 1953 et 1959. DR

 

Les fenêtres des immeubles qui cernent la mairie s’éclairent une à une, la ville se réveille pétrifiée d’angoisses. Aux interrogations, succèdent très vite des bribes d’information. Oui, c’est un attentat. Oui le maire était visé, il est blessé…

Au petit matin, les Évianais apprendront sa mort. Camille Blanc avait 49 ans. Généreux, affable et ambitieux pour sa ville, il était très apprécié de ses administrés. Depuis 1945, ils lui renouvelaient, à une très confortable majorité, leur confiance. Il était socialiste (SFIO).

Dans la torpeur qui saisit la ville, une évidence émerge en forme d’épitaphe : « Camille Blanc voulait la paix en Algérie, il l’a payée de sa vie. »

Entrer dans l’Histoire avec les Accords d’Évian

En ce printemps 1961, la ville d’eau se préparait à accueillir les délégations françaises et algériennes qui depuis quatre ans planchaient en secret à l’écriture des conditions d’un cessez-le-feu d’une guerre qui ne dit pas son nom.

Une page d’Histoire à laquelle le maire a accepté d’associer le nom de sa ville pour lui redonner du lustre... les terroristes et criminels de l’OAS ont accompli ici, comme ailleurs, un acte barbare… C’est insupportable quand on voit aujourd’hui les héritiers de ce « syndicat du crime »… se pavaner devant les stèles glorifiant le colonialisme, en souillant le drapeau français. C’est inacceptable quand on voit les adeptes du parti extrémiste, xénophobe et raciste, allez se recueillir sur les tombes… des Degueldre, Bastien-Thiry, Dovecar, Piegts, ces condamnés à mort et fusillés pour leurs crimes, par la Justice de la République Française.

 Même amnistiés des criminels restent des criminels pour l’Eternité.

     Le communiqué de l'AFP le 31 mars 1961

j-de-Ge-attentat

 
Tag(s) : #Associations