Cliquez sur le lien suivant pour visualiser en re-play, pendant quelques jours ce documentaire :

  http://pluzz.francetv.fr/videos/les_rebelles_du_11_novembre_1940_,91828523.html

les-rebelles-du-11-novembre-1940_70258782_1-copie-1.jpg

 

Histoire - France - 2013 Durée : 53 min

1384038721_9.pngRéalisé par : Georges-Marc Benamou

Résumé du programme

Quelques mois après la signature de l'Armistice, des étudiants et des lycéens qui rejettent l'Occupation allemande décident de défiler aux Champs-Elysées pour commémorer la fin de la Grande Guerre. Bien que méconnue, cette marche fut probablement l'une des premières réponses de la France à l'appel du 18 juin. Ce documentaire retrace le déroulement de cette journée d'action, à travers les témoignages d'historiens et de manifestants.

L'avis de Télé2Semaines :

Bien mené, ce document relate avec précision cette révolte oubliée de la jeunesse qui marque pourtant l'un des premiers actes de résistance.

**********************************************************************

Ne manquez pas ce documentaire qui est un acte héroïque de la jeunesse républicaine française contre l’occupation allemande et contre les collaborateurs de la honte qui n’allaient pas tarder à pactiser avec les nazis.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

fleche003d 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Collaboration_en_France

Collaboration en France

350px-Petain_Hitler.jpg

Droite extrême et extrême-droite. Image de la poignée de main entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler, à Montoire, le 24 octobre 1940.

Goring_mit_Petain_und_Darlan_1941.jpg

En 1941, le maréchal Pétain et l'amiral Darlan avec le maréchal du Reich

Hermann Göring.

La collaboration en France (1940-1944) est l'action et le travail commun, menés de façon choisie, avec l'occupant nazi du territoire français, entre 1940 et 1944.

Elle consiste non seulement en la collaboration d'État lancée officiellement lorsqu'au terme d'un discours radiodiffusé le 30 octobre 1940[1], le maréchal Pétain invite les Français à collaborer avec l'Allemagne, mais, aussi, en d'autres formes de collaboration plus radicales ou plus confuses auxquelles se livrent des Français en dehors de l'appareil d'État.

On peut distinguer trois sortes de collaboration :

À la suite de Philippe Burrin[6], les historiens parlent de « collaboration au quotidien » pour désigner un certain nombre de comportements significatifs, mais ne relevant pas de l'engagement politique actif : rapports personnels cordiaux entretenus avec des Allemands, envoi de lettres de dénonciation à la police ou à la Gestapo (trois à cinq millions de lettres anonymes en France, soit une moyenne de 2 700 lettres par jour[7]), chefs d'entreprises sollicitant d'eux-mêmes des commandes de l'ennemi, relations amoureuses affichées avec des soldats de l'armée d'Occupation voire des membres de la Gestapo, etc.[8]

Il peut y avoir recouvrement entre la collaboration d'État et le « collaborationnisme » : de nombreux collaborationnistes parisiens, certains partisans convaincus de la victoire allemande et de l'idéologie nazie, sont ainsi entrés au gouvernement de Vichy.

***********************************************************************

corbeau 020corbeau 019

 

Tag(s) : #Associations