image002.jpg

COMMUNIQUE DE L’ANPROMEVO

Paris, 18 mai 2014.

La prochaine édification, dans la province d’Alicante en Espagne, d’une stèle dédiée nommément à Dovecar, Piegts, Degueldre et Bastien-Thiry soulève des questions de nature juridique et diplomatique, s’agissant d’un projet qui, en France, ne pourrait voir le jour en raison de la jurisprudence Marignane (CE 14 novembre 2011, Association ADIMAD, n° 340753) :cf.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000024815351&fastReqId=2022435464&fastPos=1 

et/ou

http://www.lantero-deliancourt.com/2011/11/14/ce-14-novembre-2011-association-adimad-n%C2%B0-340753).

Les services du quai d'Orsay auront à intervenir sur le sujet.

 

Dans l’immédiat, c’est l’annonce de son inauguration qui retient l’attention.

Il y a quelque temps, en effet, il n’était pas de bon ton de faire l’amalgame entre les associations de nostalgiques de l’Algérie française (ex : Cercle algérianiste) et les associations d’anciens criminels de l’OAS (ex : Adimad).

Le Cercle algérianiste, après avoir radicalisé son discours, tend désormais à afficher publiquement sa proximité avec l’Adimad, appelant avec ladite association, sans honte ni vergogne, à honorer la mémoire des quatre condamnés à mort de l’organisation passés par les armes en 1962 et 1963.

Ceux qui - historiens, élus, militaires, fonctionnaires - continueront à se compromettre aux côtés de Thierry Rolando dans des colloques ou manifestations à prétention historique ou mémorielle ne pourront plus invoquer la respectabilité du Cercle algérianiste : voir l’impertinent Rolando, en 2012, clamer Vive l’Algérie française avec Robert Ménard pouvait prêter à sourire ; le savoir à présent réduit au rôle de petit télégraphiste de Jean-François Collin (cf. infra) laisse franchement perplexe.

À noter que le contexte des élections européennes invite à réfléchir sur le sens et la portée d'un projet hispanique de stèle à la gloire de l’OAS, dont la conception même ne doit rien au hasard. Au cours de ces quarante dernières années, le monumentalisme antirépublicain a frappé la partie française du littoral méditerranéen depuis Nice jusqu’à Perpignan. S’il vise aujourd’hui l’Espagne, ce n’est pas dans une perspective de réhabilitation supranationale de quelques assassins que la justice et l’histoire ont définitivement proscrits. Ce n’est pas non plus dans un esprit de retour aux sources de l’OAS, née au cœur de l’Espagne franquiste en février 1961 (cf. http://ldh-toulon.net/les-racines-franquistes-du-putsch.html). C’est en réalité pour établir, précisément en face de l’Algérie, plus qu’une continuité revancharde, un véritable front de la renaissance du fascisme.

 

Jean-François Gavoury

Président de l’Association nationale

pour la protection de la mémoire

des victimes de l’OAS (Anpromevo)

-----------------------------------------

 rubon69-70d3e.jpg

[Source : http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/157-actualites/annonces/589-inauguration-de-la-stele-en-memoire-des-resistants-de-l-algerie-francaise]

Actualités

L'ADIMAD nous informe de l'inauguration d'une nouvelle stèle en mémoire des résistants de l'Algérie française, au premier rang desquels seront gravés dans le bronze les noms de Roger Degueldre, d'Albert Dovecar, de Claude Piegts et de Jean-Marie Bastien-Thiry.

Ce mémorial aura aussi pour vocation de remercier le peuple espagnol de l'accueil réservé aux combattants de l'Algérie française en 1962.

Cette inauguration se déroulera dans le cimetière de Polop, près d'Alicante, le 7 juin 2014 à 11h30.

Les fleurs et les drapeaux seront les bienvenus.

A l'issue de cette cérémonie, l'ADIMAD conviera les participants à un apéritif gratuit.

Tag(s) : #Associations