Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christian Estrosi, le vote pied-noir et la tentation communautariste

21 mars 2013

Album-35-7620_4.jpgPar David Nakache  sur MEDIAPART

 

On ne peut que s'interroger sur la stratégie d'exacerbation permanente de la question pied-noire à Nice par Christian Estrosi.

De la stèle érigée sur la Promenade des Anglais symbolisant la fracture au lieu d'inciter à la réconciliation, du "vive l'Algérie française" lancé en marge d'une manifestation de rapatriés le 20 octobre 2012, au refus catégorique de commémorer le 19 mars, il est rare, de nos jours, que le réflexe communautariste pied-noir reçoive autant d’encouragements et de soutiens de la part d'un élu de la République.

20427718.jpg

La communauté pied-noire à Nice pèse lourd sur les échéances électorales et notamment municipales. Pire, elle vient peser de tout son poids... du côté du FN. Déjà en campagne pour 2014, Christian Estrosi n'a de cesse de flatter les Pieds-Noirs niçois pour siphonner le vote FN à Nice.

Surfant sur le rejet de la date du 19 mars, et quand bien même cette commémoration célèbre les victimes civiles et militaires des deux camps, de la guerre d'Algérie mais aussi des combats en Tunisie et au Maroc, le maire de Nice cultive le ressentiment, empêche volontairement les cicatrices de se refermer et souffle en permanence sur les braises de l'histoire à des fins électoralistes.

Ce faisant, il entre en contradiction évidente avec sa revendication constante de l'héritage gaulliste. 

Fait passé inaperçu pour beaucoup, Christian Estrosi vient de lancer, contre toute attente, un nouveau courant politique, le "gaullisme à mi-temps" : gaulliste le 18 juin mais anti-gaulliste le 19 mars !

Mais, au-delà du calcul politicien, c'est le vivre ensemble niçois que l'ancien bébé-Médecin remet en cause. Celui qui sur-communique sur la sécurité, celui qui s'oppose au droit de vote des étrangers car cela reviendrait à "donner le droit de vote à des personnes qui haïssent la France", celui qui prépare une campagne municipale sur une "ligne Buisson" assumée, à force de clientélisme électoral, ravive les tensions, la défiance et l'exclusion.

Alors que les meilleurs analystes s'interrogent sur la politique à mener, entre universalisme, différentialisme et multiculturalisme, Christian Estrosi, lui, a déjà choisi : l'opportunisme.

Nice_Matin_06_04_13_19_mars.jpg

XXX

Christian Estrosi et l'instrumentalisation du vote pied-noir (suite)

06 avril 2013 Par David Nakache

En mars dernier je publiais sur ce site un article intitulé "Christian Estrosi, le vote pied-noir et la tentation communautariste" qui a suscité de nombreuses réactions et a provoqué un débat constructif sur l'hégémonie réelle ou supposée d'un vote pied-noir à Nice.

Christian Estrosi, maire de Nice, vient de franchir un pas supplémentaire dans l'instrumentalisation du vote pied-noir en inaugurant (avec les deniers des contribuables niçois) une plaque commémorative aux victimes tuées après le 19 mars et en annonçant le lancement d'une pétition contre la loi du 6 décembre 2012 instaurant le 19 mars comme "journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc".

Pour mémoire, Christian Estrosi avait refusé d'appliquer la loi et d'organiser une commémoration le 19 mars à Nice. Ne lui en déplaise, la loi a bien été appliquée et la commémoration a eu lieu, organisée par le Préfet.

Je précise qu'il n'est pas ici question de contester les drames survenus après le 19 mars ni de prétendre que les accords d'Evian marquent la fin réelle du conflit. Cela relève du travail des historiens et il leur revient de trancher ces questions. 

Il s'agit simplement de souligner que la loi du 6 décembre 2012 ne prétend pas célébrer la fin de la guerre d'Algérie mais incite au contraire à la réconciliation et ne concerne pas seulement l'Algérie mais aussi le Maroc et la Tunisie, pas seulement les victimes militaires mais aussi civiles, et des deux camps. 

Il est temps de laisser les cicatrices se refermer au lieu de cultiver le ressentiment, y compris auprès de générations nées après ces conflits que l'on pousse à un comportement communautariste. 

L'action politicienne consistant à faire monter une polémique contre la loi du 6 décembre 2012 n'a pour seul but que de récupérer les voix de la communauté pied-noir de Nice, traditionnellement accordées au FN, en vue des élections municipales de 2014.

J'ajoute enfin que cette annonce est faite la veille de la réunion de l'Union pour la Méditerranée à Marseille où se retrouvent les présidents des parlements des pays bordant la Méditerranée. Elle intervient à quelques mois des jeux de la francophonie qui auront lieu précisément à Nice. Elle va à contre courant des multiples efforts fait des deux rives de la Méditerranée et constitue un bien sinistre message alors que d'autres oeuvrent pour la réconciliation entre les peuples.

  Tous les commentaires

21/03/2013, 11:13 Par Henri POUILLOT

Ce qui est inacceptable, condamnable, c'est qu'un maire refuse d'appliquer une loi de la République. Quelle sanction sera appliquée ? Que vont faire les ministres ARIF, Le DRIAN... ????

22/03/2013, 03:23 Par David Nakache

en réponse au commentaire de Henri POUILLOT le 21/03/2013 à 11:13

Je suis bien d'accord, mais le Préfet Mirmand a déclaré qu'il n'y aurait pas de sanction, dans un soucis d'apaisement...

21/03/2013, 16:25 Par JNF

Et que dire de l'initiative de Michèle Tabarot, députée des Alpes-Maritimes, secrétaire générale de l'UMP, fille d'un haut responsable de l'OAS, qui a fait mettre en berne les drapeaux de sa ville ce 19 mars dans l'indifférence quasi générale ?

http://pariscotedazur.fr/archives/2013/3/19/alpes-maritimes-les-d%C3%A9saccords_d-evian

Une information qui aurait mérité un traitement national.

 

22/03/2013, 03:29 Par David Nakache

en réponse au commentaire de JNF le 21/03/2013 à 16:25

Oui, tout à fait ! Le pire est que, si on ne peut reprocher à quelqu'un les actes de ses parents, les déclarations répétées de Michèle Tabarot disant qu'elle assume et revendique l'héritage de son père passent inaperçues, dans l'indifférence générale...

*******************************************************************

Comme dans quelques villes en France où on a mis les drapeaux en berne le 19 mars, à Nice on a fait plus fort on a sifflé la Marseillaise... LA HONTE... Rappelez-vous...

 

Honte aussi au maire de Perpignan qui a mis le drapeau de la France en berne (revoir la vidéo ci-dessous), mais aussi aux maires de Béziers, Sète, Toulon, Bolène, Cavaillon, Montpellier, Saint-Serin-sur-l'Isle, Vichy, Saint-Laurent-du-Var, Castelanau-le-Lez... qui ont occulté la commémoration du 19 mars 1962... Mais que ces maires se plaçant, sans vergogne, au-dessus de la Loi de la République sachent bien que la démocratie devra être respectée et que près de 22000 municipalités ont voté une motion en faveur du 19 mars, qu'une très large majorité de Français sont aussi favorables à cette date commémorative... que la commémoration du 19 mars, en 2013 a connu un succès sans précédent dans les plus grandes villes comme dans les plus petits villages...  

 

 

*******************************************************************

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :