Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1003285 535176013210988 1826343099 n

Christian Estrosi, ancien ministre, député, maire de Nice, président de la Métropole Nice Côte-d'Azur et président de l'association des "Amis de Nicolas Sarkozy", ayant fait de la sécurité son crédo et des déclarations dignes du FN son habitude, aime à s'auto-proclamer "gaulliste social".

Qu'en est-il exactement ? De quel gaullisme parle-t-on ? Quelle est la cohérence idéologique du "fils de Nice" ?

 Le gaullisme à mi-temps

On croyait Christian Estrosi adepte du gaullisme social. On le découvre moins social qu'il n'y parait et, au final, moins gaulliste aussi. En réalité, il est le valeureux fondateur d'un nouveau courant politique : le gaullisme à mi-temps.

En bon gaulliste, Christian Estrosi ne manque pas de célébrer tous les ans l'appel du 18 juin du Général de Gaulle en l'honneur duquel il a fait ériger une statue massive à Nice.

Mais, le 19 mars, journée nationale du souvenir en mémoire des victimes des deux camps, de la guerre d'Algérie et des conflits au Maroc et en Tunisie, date des accords d'Evian signés par ce même Général de Gaulle, Christian Estrosi s'oppose à toute commémoration. Soignant plus que de mesure son électorat pied-noir et ses relants pro "Algérie française", le maire de Nice a fait ériger une stèle symbolisant la fracture que représentent selon lui les accords d'Evian. Il alimente, à des fins purement électoralistes, un sentiment d'appartenance communautaire. Pour bien enfoncer le clou, il a fait poser une plaque à la mémoire des combattants morts... après le 19 mars (lire ici et ici) !

Telle est, au final, la cohérence idéologique du député-maire de Nice : un gaullisme de façade, à mi-temps, faussement social. En bref, un gaullisme de pacotille.

 

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :