Un ministre rend les honneurs aux tirailleurs sénégalais du camp du Courneau

Kader Arif, ministre chargé des Anciens combattants, a honoré aujourd'hui la mémoire des soldats africains venus combattre en France et qui ont transité par la Teste-de-Buch. Le 23 août est la date choisie pour commémorer les tirailleurs sénégalais dont 956 sont morts dans le "camp de la misère".

tirailleurs.jpg

© Jean-Pierre Stahl / France 3 La cérémonie a eu lieu à la nécropole nationale du Natus à la Teste-de-Buch aujourd'hui.

Kader Arif est le premier ministre français à honorer les tirailleurs sénégalais un 23 août, date choisie par l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade en 2004 pour commémorer le sacrifice des africains lors des guerres de son ex-colonie. Le ministre délégué aux Anciens combattants a choisi la nécropole nationale du Natus à la Teste-de-Buch, en Gironde, pour accomplir ce geste symbolique. "Ici s'est jouée une tragédie (...) qui emporta presqu'un millier d'hommes loin de tout combat", a rappelé le ministre. 
Le monument de pierres roses a été édifié sur la fosse commune où 956 soldats ont été inhumés pendant la Première guerre mondiale, non loin du camp qui leur était réservé.
Le camp du Courneau a été créé en 1916. Il a servi de lieu de transit pour 70000 tirailleurs en partance pour le front ou qui en revenaient. Les hivers de 1916 et 1917 sont particulièrement rudes. Une épidémie de pneumonies contagieuses décime alors les soldats africains.

 Les tirailleurs, cobayes humains 

Devant l'hécatombe, un médecin obtient l'autorisation de recourir à des expérimentations en vue de trouver un vaccin. Hors de tout protocole médical, sans aucune expérimentation préalable, le Dr Kérandel mène ses expériences. "Nous savons que des médecins prodiguèrent des expérimentations vaccinales sur cette soldatesque noire au détriment des mesures d'hygiène, de bon sens, et de respect", a rappelé le ministre en présence de monsieur M'Baye Lô Tall, le consul général du Sénégal à Bordeaux. 
Au cours de la guerre 14/18, 200 000 tirailleurs sénégalais ont été mobilisés (ils venaient, bien sûr, du Sénégal mais aussi de Côte-d'Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso...). 30000 n'en reviendront pas. 
Les 956 morts du camp du Courneau, qui comptait à l'époque 600 baraquements, ont été identifiés grâce au travail de deux historiens locaux. Jean-Michel Mormone et Patrick Boyer ont édité un livre sur le camp "de la misère" comme on le surnommait à l'époque (1914.1918. Le bassin d'Arcachon édité par la société historique et archéologique d'Arcachon et du pays de Buch).

 

 

Un documentaire demain samedi 24 août 2013

sur FR3 Aquitaine

L'ancien rugbyman et médecin Serge Simon a également produit un documentaire "Une pensée du Courneau" sur cette histoire méconnue en Gironde.

 

 


Pour éviter de voir la pub une seconde fois cliquez sur la croix en haut à droite

500x246_courneau.jpg

 

© France 3 Le documentaire sur le camp du Courneau

réalisé par Serge Simon

 

Pour la première fois, ce film révèle les conditions d’hébergement et d’hygiène déplorables du camp, surnommé rapidement « le Camp de la Misère » qui, en quelques mois, provoquèrent la mort de millier de jeunes tirailleurs. Pour parer à cette hécatombe, un programme de vaccinations expérimentales mené par l’Institut Pasteur et la médecine militaire fût mis en place mais s’avéra inefficace.
Malgré une prise de conscience de cette situation alarmante, qui déclencha même un débat à l’Assemblée Nationale, le camp ne ferma pas pour autant et les très nombreux militaires sénégalais décédés disparurent de la mémoire collective de la Gironde.
Grâce à une quantité importante d’archives filmées de ces travailleurs, d’interviews d’historiens et de spécialistes de cette époque, le film répond à certaines questions planant encore aujourd’hui au dessus du camp du Courneau et lève le mystère de ces oubliés de l’Histoire enterrés en Gironde.
Réalisation :
Serge Simon
Production : France 3 Aquitaine, 
Grand Angle JJESS PROD et Serge Simon
Durée : 52'

  Et pour terminer : le chant qui rend hommage

à ces valeureux Africains

et à personne d'autres

 

 

 

Tag(s) : #Associations