img451.jpg

 

Le Comité National de la FNACA s'est réuni à Paris les 14 et 15 mai 2013.

Il se félicite de l’immense succès des cérémonies du 19 mars dernier qui ont marqué le 51e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, première Journée nationale officielle du Souvenir et de Recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Des milliers de cérémonies, à travers toute la France, en présence des autorités civiles et militaires, ont permis que soit dignement rendu hommage à la Mémoire des trente mille militaires tombés en Afrique du Nord entre 1952 et 1962, à la seule date historique marquant officiellement l’arrêt des combats.

Le comité national remercie les Maires de France et les élus qui ont largement contribué à la ferveur et au recueillement qui ont présidé ces cérémonies, dans le respect de la Loi du 6 décembre 2012.

Le Souvenir des morts est indissociable du respect des Droits des survivants.

 Le comité national de la FNACA ne saurait oublier que tous les contentieux en la matière sont loin d’être réglés, alors que la génération des anciens combattants en Afrique du Nord s’avance inexorablement vers l’automne de la vie.

En dépit du contexte de rigueur budgétaire que ne manquera pas d’invoquer le gouvernement, l’élaboration du projet de budget des anciens combattants pour 2014 doit impérativement tenir compte de l’urgence des réponses à apporter aux légitimes revendications.

Il en est ainsi, notamment :

- de l’attribution de la carte du combattant à tous les anciens d’Algérie qui ont 120 jours de présence à cheval sur le 2 juillet 1962,

- de la revalorisation de l’aide différentielle de Solidarité en faveur des veuves d’anciens combattants et son extension aux anciens combattants aux revenus inférieurs au seuil de pauvreté,

- du maintien du pouvoir d’achat des pensions militaires d’invalidité et de la retraite du combattant,

- et des bonifications de campagne au regard de l’égalité des droits entre générations du feu.

L’érosion démographique de la 3ème génération du feu, dégage les moyens financiers qui permettent la satisfaction des revendications, sans augmentation du budget, le Droit à réparation étant imprescriptible..

 Enfin, le Comité national appelle l’attention du Président de la République sur la nécessité du maintien d’un interlocuteur gouvernemental, quelles que soient les conditions d’un éventuel remaniement.

Paris, le 15 mai 2013  

Tag(s) : #Associations