Guy-Darmanin.jpg

Depuis 1963, la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie (FNACA), rend pour sa part hommage aux 28 500 militaires victimes des combats en Afrique du Nord chaque 19 mars. Président national de la FNACA, le Toulousain Guy Darmanin, lui, se réjouit de l'adoption par le Sénat du 19-Mars comme journée nationale du souvenir et du recueillement.

«C'est l'aboutissement de 49 années de combats pour que cette date historique du cessez-le-feu du 19 mars 1962 soit enfin reconnue. Elle avait d'ailleurs été approuvée par 90,08 % des Français lors d'un référendum à l'initiative du général de Gaulle, le 8 avril 1962.» explique-t-il.

Mais Guy Darmanin comprend aussi que cette date puisse susciter le débat et il précise: « J'aimerais que l'on comprenne que j'ai beaucoup de compassion pour mes amis rapatriés qui ont dû quitter la terre où ils sont nés en abandonnant leur cimetière, leurs souvenirs (et j'en sais quelque chose !) J'éprouve aussi de la compassion pour mes amis harkis qui ont été livrés à leur tragique destin. Je comprends aussi l'état d'esprit dans lequel se trouvent les militaires de carrière qui considèrent qu'ils ont perdu la guerre politiquement alors qu'ils l'avaient gagnée militairement.

Mais pour avoir un raisonnement objectif, je sais qu'après tout cessez-le-feu ou armistice il y a toujours eu excès, vengeances, exactions… Pour ne citer qu'un exemple, la guerre de 1939-1945 ne s'est pas arrêtée le 8 mai mais le 2 septembre avec la bombe d'Hiroshima».

Tag(s) : #Associations