La FNACA va être attentive en cette période électorale

1459389_4233299_800x400.jpg

Les responsables cantonaux de la FNACA attentifs aux décisions des autorités. © Photo Photo J.-B. L.

http://www.sudouest.fr/2014/02/12/la-fnaca-va-etre-attentive-en-cette-periode-electorale-1459389-4043.php

Le comité cantonal de Lasseube de la FNACA, était réuni, vendredi 7 février, autour du président Michel Bardyn, pour préparer le 52e anniversaire du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, et relayer les décisions gouvernementales concernant le monde combattant.

http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif 

Publicité

Cérémonie départementale

Théo Allard, secrétaire cantonal, a présenté le message du président départemental André Lafitte « invitant tous les comités à porter une attention particulière à la cérémonie qui aura lieu au mémorial de Billère, le 19 mars, à 11 heures (précédée par un temps de prière à 10 heures), en présence des autorités civiles et militaires, des divers candidats aux échéances électorales de mars prochain ». Au même titre désormais que les 11 Novembre, 8 Mai ou 14 Juillet, le 19 Mars est sous la responsabilité des élus en terme d'organisation et de pavoisement des bâtiments publics. « Sur le plan local, la commémoration aura lieu le même jour à 18 heures », précise Théo Allard. Quant au rendez-vous cantonal annuel, il se déroulera à Lasseubétat, le 30 mars, avec un repas à Haut-de-Gan.

Polémique du 5 décembre

Théo Allard souligne « l'ambiguïté entretenue entre une date officielle historique (19 mars) et un décret scélérat ne reposant sur rien (5 décembre). De nombreuses voix s'élèvent désormais dans le monde politique de tous bords et celui des anciens combattants, pour abroger ce qui n'est qu'une tache sur l'Histoire ».

Sur le plan fiscal, le secrétaire note la marche arrière du pouvoir sur la décision de minorer de 20 % la majoration qu'il accorde à la retraite mutualiste du combattant. Désormais, la carte du combattant est octroyée à ceux qui ont passé 120 jours en Afrique du nord avant le 2 juillet 1962 (8 000 cas concernés). Le bureau a fermement pris l'engagement de poursuivre son action au travers des nombreux rassemblements d'anciens combattants, afin que soit perpétuée la dignité des 30 000 jeunes victimes de la seconde génération du feu.

Jean-Baptiste Laborde

**********************************************************************

 

 

Le maire de Jussy choque l'assistance par ses propos

 lors du 11 Novembre 2013

730975050_3273119_1.jpg

http://www.courrier-picard.fr/region/le-maire-de-jussy-choque-l-assistance-par-ses-propos-lors-ia0b0n236867

Le 11 novembre 2013 dans le village de Jussy, près de Saint-Quentin, a été marqué par les frasques du maire. Il a taxé les soldats tués au Mali de «mercenaires».

La cérémonie du 11 novembre en a choqué plus d'un dans le village de Jussy, dans le canton de Saint-Simon (Aisne), à une dizaine de kilomètres de Ham (est de la Somme). Selon des témoins présents, que nous avons contactés, le maire, Richard Trépant (UMP), aurait refusé la minute de silence qui était proposée en mémoire des sept soldats français tués au Mali cette année. «Je refuse de me recueillir pour ces mercenaires», aurait-il alors déclaré. L'incident ne s'est pas arrêté au dérapage sur les soldats français tués au Mali. Selon plusieurs sources, le maire aurait ensuite traité de «cons», sans distinction, les gradés de la Première Guerre mondiale. En conclusion, selon l'élu axonais, il faudrait «arrêter les commémorations».

Les déclarations de Richard Trépant à l'occasion de cette cérémonie ont été différemment appréciées par les participants. «Ce n'était ni le lieu, ni le moment et surtout ce n'est pas digne d'un élu de la République», explique l'un des témoins, qui a préféré garder l'anonymat. Le président de la section locale des anciens combattants et soldats de France (UNC), Daniel Carpentier, était à l'origine de cette demande de recueillement pour tous les soldats. Il est, lui, très réservé : «Je ne peux rien vous dire sur ce qui s'est passé, explique-t-il, contacté par téléphone. Les propos, ça ne se rapporte pas.» De son côté, Richard Trépant n'a pas donné suite à nos sollicitations.
 

ALICE MEUNIER

et notre correspondant

SYLVAIN DUQUENNE

 

 

 


Tag(s) : #Associations