Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 imagesCAQVCNLZbonne.jpg

Le film "Hors la Loi " nominé aux Oscars (donc en Amérique) fut en 2010 un nouveau camouflet pour les nostalgiques de l'Algérie française

Rappelez-vous : les nostalgiques de l'Algérie française et extrémistes avaient manifesté à Cannes, puis à Marseille, puis à Bordeaux... ils avaient même lancé... des boules puantes... pendant la projection d'une séance... avec leurs trublions ridiculement baptisés "O.A.S". Rachid Bouchared avait même été accusé de "plagiat" mais les deux accusateurs ont été déboutés selon un jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris...

Oscars 2011 : le film Hors-la-loi nominé dans la catégorie du meilleur film étranger

Les oscars sont des récompenses cinématographiques américaines décernées chaque année depuis 1929. 

 

Il faut croire que le film, qui a soulevé une vive polémique en France avant même sa sortie, a séduit les Américains.

La salle de cinéma à Los Angeles, où il a été projeté en novembre 2010, n'a pas désemplit.

Le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb a concouru cette année 2010 au titre de l'oscar du meilleur film étranger (Algérien). C'est le deuxième film francophone avec Incendies. La sélection a été dévoilée à Beverly Hills par les organisateurs de la soirée hollywoodienne.

Hors-la-loi retrace le parcours de trois frères ayant survécu aux massacres de Sétif en 1945. Les principaux acteurs sont Roschdy Zem, Sami Bouajila et Jamel Debbouze.

Le film avait été très critiqué par les nostalgiques de l'Algérie française, contestant OASsa version de cette tranche d'histoire particulièrement douloureuse.  Sa projection à Marseille avait donné lieu à une manifestation d'une fraction de "pieds noirs nostalgiques" soutenus par quelques élus d'extrême droite à la mairie de Marseille.

Alors que la victoire des Alliés sur le nazisme est célébrée sur tout le territoire algérien, le 8 mai 1945, la répression par les forces françaises de manifestations pro-indépendantistes fait entre 1.500 et 45.000 morts -selon les sources- dans la région de Sétif (300 km à l'est d'Alger).

Rachid Bouchareb: Tout dire sur le passé colonial pour se réconcilier entre Algériens et Français

  Le réalisateur Rachid Bouchareb, l’auteur du  film «Hors la loi» estime nécessaire de «tout dire» sur le passé colonial pour pouvoir réconcilier les deux peuples algérien et français avec leur passé commun. Les Algériens commémorent le 1er novembre prochain le 56ème anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance.


  «Les choses vont se régler et les relations (entre la France et l'Algérie) vont aller plus loin quand le passé colonial sera évoqué, complètement évoqué, et que tout sera dit », affirme le réalisateur franco-algérien dans une interview accordée à l'AFP. Pour Rachid Bouchareb, dont le dernier film retrace le parcours de trois frères ayant survécu aux massacres de Sétif en mai 1945, il est important «qu'on accepte que les Algériens puissent aussi raconter leur histoire».

Le 8 mai 1945, alors que la victoire des Alliés sur le nazisme est célébrée sur tout le territoire algérien, la répression par les forces françaises de manifestations pro-indépendantistes fait des centaines ou des milliers de morts -selon les sources- dans la région de Sétif (300 km à l'est d'Alger). En Algérie, le chiffre officiel des victimes de cette répression a été arrêté à 45 000 morts. Avant sa projection en France, «Hors-la-loi» a été accusé de «falsifier l'Histoire» par l'extrême droite française et des associations de harkis (anciens supplétifs de l'armée française en Algérie), d'anciens combattants et de pieds-noirs (Français installés en Algérie avant l'indépendance).

  Les nostalgiques du colonialisme, les héritiers

de l'OAS n'acceptent pas l'indépendance

de l'Algérie

492529_manifestation-a-cannes-contre-le-film-hors-la-loi.jpg

 

Plus d'un millier de personnes, dont le maire de Cannes, Bernard Brochand et le député Lionnel Luca, ont manifesté vendredi 21 mai 2010 à Cannes contre le film Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb.

AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Vont-ils s'en prendre maintenant à  France 2 qui a programmé ce  film dimanche 9 juin 2013 ?

«Il y avait polémique sur un film que personne n'avait vu, en dénonçant déjà que le film n'était pas juste», dit le réalisateur. «Il y encore des nostalgiques de la guerre d'Algérie qui n'acceptent pas l'indépendance» du pays, ajoute-t-il, soulignant qu'au lendemain de la projection à Cannes, «la polémique s'est éteinte». Environ 1.200 personnes avaient manifesté en mai 2010 à Cannes le jour de la présentation du film, qui figurait dans la sélection officielle du festival.

«Hors la Loi» (le nom que les militaires français donnaient aux insurgés), une production algéro-franco-belge, est le deuxième film du réalisateur sur l'Algérie, après «Indigènes». «Indigènes parle de ces soldats d'origine algérienne parmi l'ensemble des soldats nord-africains des colonies françaises, qui participent à la libération de la France et qui attendent qu'à la fin de la guerre ils deviennent eux aussi des hommes libres et indépendants», explique Bouchareb. Déçus des promesses non tenues, «ils décident de lancer une guerre d'indépendance pour devenir libres».

    Présentation des films

 

"Hors-la-loi"

Dimanche 9 juin à 20h45

 


 

 Chassés de leur terre algérienne au début des années 50, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s'engage rapidement en Indochine. A Paris, Abdelkader, au parcours scolaire exemplaire, prend la tête du mouvement pour l'Indépendance de l'Algérie et Saïd, qui a longtemps organisé des combats de boxe clandestins, intègre le milieu. Il fait rapidement fortune dans les bouges et les clubs de Pigalle. Les trois frères finissent par se retrouver à Paris. Leur destin se mêle peu à peu à celui d'une nation en lutte pour sa liberté...

 

"Guerre d'Algérie, la déchirure"

1954-1958

Dimanche 09 juin à 23h00

(PS) Il est possible qu'à certaine période de la journée ou de la soirée la bande-annonce ne soit pas visible, cela est indépendant de notre volonté réessayer à une autre période

 

 

Documentaire Histoire (55mn) (Première partie)
Auteur : Gabriel Le Bomin

 

La guerre d'Algérie reste dans l'histoire de France une déchirure de la mémoire et laisse, un demi-siècle après son issue, un sentiment de culpabilité. Le 1er novembre 1954, un groupe d'hommes du FLN, le Front de libération nationale, lance une opération contre la présence française en Algérie. En mars 1956, un vote décide l'envoi des soldats du contingent pour faire face aux «événements». A travers des archives totalement inédites, le premier volet de ce documentaire raconte les premières opérations coordonnées du FLN contre la présence française en Algérie, jusqu'à la chute de la IVe République.

23h55

Guerre d'Algérie, la déchirure | 1958-1962 (Deuxième partie)

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :