Jean-Marie-Le-Pen-Le-spectre-de-la-torture_pics_809.jpg

Réélu député en 1958, Jean-Marie Le Pen devient rapporteur du budget de la Guerre à l’Assemblée nationale. Un poste stratégique alors que la guerre d’Algérie continue. Le jeune élu en profite pour marquer son indépendance vis-à-vis du gaullisme et défend l’Algérie française. Geste fort, il quitte, au cours de son mandat, les bancs de l’Hémicycle pour se porter volontaire en Algérie. Ayant été officier de renseignement, il a avoué, le 9 novembre 1962 dans la revue Combat, "avoir torturé parce qu'il fallait le faire". Au lendemain de cette déclaration fracassante, il est revenu sur ses propos, évoquant des "méthodes de contraintes" plutôt que de tortures. Malgré cela, Jean-Marie Le Pen est décoré de la Croix de la valeur militaire. Dans les années 80-90, plusieurs personnalités –Michel Rocard, Pierre Vidal-Naquet ou le général Aussaresses– l’accuseront d’avoir pratiqué la torture en Algérie. Dans un livre, Torturés par Le Pen (2000), l’historien Hamid Bousselham émet des accusations particulièrement détaillées et précises.

Reuters

 

Il faut que les Français sachent qui est Le Pen, cet homme qui avait la prétention de diriger notre pays

Si le séjour de Jean-Marie Le Pen dans l’Algérie en guerre a été bref – de janvier à fin mars 1957 –, le lieutenant du 1er régiment étranger de parachutistes (REP), attaché à la division Massu, a laissé dans l’ex-colonie française de terribles souvenirs. Elu député poujadiste à l’âge de 28 ans, ayant voté l’envoi du contingent en Algérie décidé par le gouvernement de Guy Mollet, Jean-Marie Le Pen s’engage en 1956 pour six mois. Il débarque en pleine bataille d’Alger. Basé à la Villa des Roses (aujourd’hui remplacée par un jardin public sur les hauteurs d’El-Biar), il fait officiellement du renseignement.

Les Algériens qui ont eu à faire à lui, dans le cadre des opérations de « maintien de l’ordre », suivant la terminologie employée par les autorités françaises à l’époque, et qui acceptent de témoigner, gardent l’image d’un homme « extrêmement violent » et, par-dessus tout, d’un « tortionnaire ». Le cas de Abdenour Yahiaoui est particulièrement éclairant.

 

le_pen_massu2-2a6b1.jpg

Au centre le lieutenant Le Pen, à droite le général Massu. 

Le Pen : « J’ai torturé … »

Les dossiers du Canard Enchaîné, N° 45, octobre 1992.

« Je n’ai rien à cacher. J’ai torturé parce qu’il fallait le faire. Quand on vous amène quelqu’un qui vient de poser vingt bombes qui peuvent exploser d’un moment à l’autre, et qu’il ne veut pas parler, il faut employer des moyens exceptionnels pour l’y contraindre. C’est celui qui s’y refuse qui est le criminel car il a sur les mains le sang de dizaines de victimes dont la mort aurait pu être évitée. »

Ainsi s’exprime, dans une interview accordée au quotidien Combat, le 9 novembre 1962, un candidat aux législatives nommé Jean-Marie Le Pen, qui croit sans doute se montrer à ses électeurs sous son meilleur profil. Dès le lendemain, il tient à préciser que le terme de « torture » ne peut s’appliquer aux « méthodes de contraintes » qu’il a utilisées en Algérie quand il servait comme sous-lieutenant. A cette nuance près, il ne « conteste pas l’objectivité » avec laquelle ses propos ont été rapportés.

Cette opinion sur le problème de la torture, grand débat qui agite alors la France depuis plus de cinq ans, ce n’est pas la première fois que Le Pen l’exprime sans faire le détail. Ses propos de soudard ont laissé bien d’autres traces. Pour ne citer que les plus indiscutables, le Journal officiel du 12 juin 1957 rapporte les mots du jeune député poujadiste Le Pen : « J’étais à Alger officier de renseignement comme tel je dois être aux yeux d’un certain nombre de mes collègues ce que pourrait être le mélange d’un officier SS et d’un agent de la Gestapo. Ce métier, je l’ai fait... »

En juillet 1984, vingt-sept ans plus tard, Le Canard publie, sous la plume de Gabriel Macé, un article qui rappelle que l’homme qui va entrer au Parlement européen est un ancien praticien de la gégène. […] Le temps a passé, et le rude baroudeur aspire désormais à la respectabilité de l’homme politique. Autre public, autre image. Le Pen affirme qu’il n’a jamais torturé et décide de poursuivre Le Canard en diffamation pour, dit-il, « vider l’abcès une fois pour toutes ».

Les procédures judiciaires seront longues car la loi sur la presse interdit à un journal accusé de diffamation de rapporter la preuve qu’il a dit la vérité si les faits remontent à plus de dix ans, ou s’ils sont amnistiés. Mais la justice finit par donner raison à ceux qui dénoncent les actes de torture commis par Jean-Marie Le Pen, en les relaxant des poursuites en diffamation. La Cour de cassation, a ainsi confirmé, en juin 2001, un arrêt de la cour d’appel de Paris en faveur de Pierre Vidal-Naquet. Quelques mois auparavant, elle avait pris la même décision en faveur de Michel Rocard, qui, en 1992, à la télévision, avait accusé Jean-Marie Le Pen d’avoir torturé. La Cour avait estimé en particulier que l’ancien premier ministre « avait poursuivi un but légitime en portant cette information à la connaissance des téléspectateurs »

Le rapport du Commissaire Gilles

Vérité-Liberté, cahiers d’information sur la guerre d’Algérie, N° 20, juin-juillet 1962

commissaire gilles-f0040

 Le témoignage d’Abdenour YAHIAOUI

Extrait de « Torturés par Le Pen. La guerre d’Algérie (1954 - 1962) »
de Hamid Bousselham, éd. Rahma, Alger, 2000 - co-édition Rahma-Anep.

J’ai été arrêté le 8 mars 1957 par des hommes du 1er régiment étranger de parachutistes. Ils recherchaient un de mes cousins, dont le frère avait été arrêté. A l’interrogatoire, il leur avait dit : « Moi, je ne suis pas au courant de l’endroit où est mon frère, mais Abdenour le sait. » Ils sont arrivés peut-être vers minuit. Nous habitions à Kouba, dans une villa. Cette nuit-là, je n’étais pas à la maison. Après qu’ils aient maltraité mes parents, l’un de mes frères les a accompagnés là où je me trouvais, à Notre Dame d’Afrique. C’est un quartier, et j’ai de la famille qui habitait là-bas. Ils sont venus avec trois voitures. Il y avait deux tractions et un Jeep. Dès que je suis monté dans la voiture, directement on m’a mis des pinces électriques aux oreilles ; il y avait un magnéto militaire dans la voiture. Sur le champ, je ne savais pas que l’officier qui menait l’opération était Le Pen. Après, j’ai eu le malheur de le connaître. Il a donc commencé l’interrogatoire dans la voiture. De là, il s’est dirigé vers Belcourt, dans l’espoir de trouver mon cousin dans l’endroit qu’ils pensaient être le bon. Ensuite, après on est entré à la villa des Roses.

L’interrogatoire a commencé. Là, j’ai été plus ou moins maltraité, et puis ils m’ont mis dans le tombeau. Chez eux, il n’y avait pas de cachot, ni d’isolement. C’étaient des tombes creusées dans la terre sur lesquelles il y avait du fil barbelé, et on était mis à l’intérieur de la tombe. J’y ai passé 21 jours, dans la tombe. J’étais quand même assez grand, et dans le tombeau, je n’arrivais pas à me mettre debout, j’avais des fils barbelés qui me grattaient dans le dos. Je passais la journée assis, on avait un seul endroit pour sortir la tête, dans la journée. Les interrogatoires étaient menés le soir. Je peux même vous certifier que le lieutenant Le Pen s’est assis, avec ses 85 kilos, sur mes jambes. J’étais attaché sur un banc, un soldat m’avait mis le tuyau d’eau, et quand j’ai fait un soubressaut ou deux pour tomber avec le banc, Le Pen s’est assis carrément sur mes jambes pour me maintenir assis. Il était acharné, il voulait savoir où était mon cousin. Je me suis contenté de dire : « Mon cousin est venu me voir, il était sans travail, il m’a demandé de l’aider et je l’ai fait, mais je ne savais pas ce qu’il faisait ». C’est ça que j’ai répété pendant tout le temps. C’était le lieutenant qui menait les interrogatoires. Il leur ordonnait de continuer les tortures ou de les arrêter. A l’époque, les moyens qu’il utilisait étaient connus. Il y avait la gégène, le tuyau d’eau et la baignoire. Pour la gégène, ils me l’ont faite pendant toute la durée du 3 mars au 30 mars. Tous les soirs, tous les soirs, tous les soirs.... Le tuyau, peut-être sept ou huit fois. Et une fois, une série de coups de nerf de bœuf sur les jambes. Je suis arrivé à un moment où je ne réagissais plus ; j’avais les cuisses qui étaient bleues. Et ce qu’ils nous faisaient aussi, c’est que pendant la séance d’électricité, ils nous coupaient là, sur les bras, avec un couteau. Je ne sais pas à quoi ça servait, mais j’avais les bras tout striés. Complètement ... enfin, un jour ils m’ont coupé les cheveux et me les ont fait manger. Le Pen assistait à tous les interrogatoires. Ça se passait dans une buanderie, une chambre, il y avait un bureau, une chaise métallique, sur laquelle on était attachés, deux projecteurs et une machine à écrire. Dans un coin, il y avait un tuyau, un bac d’eau, plus un banc de bois d’à peu près deux mètres de long. Sur le banc, on était attachés ; soit, on vous mettait au tuyau directement, soit on vous amenait vers la baignoire, alors là, on vous attachait les jambes et les pieds en même temps, et on vous faisait basculer la tête dans la baignoire. Moi, je ne suis pas passé à la baignoire. Avec Le Pen, il y avait des légionnaires, un groupe de cinq ou six, spécialement attachés à cela, et en permanence, deux gardes mobiles ou quelque chose comme ça, pour le côté administratif. Ils assistaient aux tortures et ils faisaient les procès-verbaux. C’étaient eux l’administration : quand le procès-verbal était fait, l’interrogatoire était fini. Il y avait quand même des dossiers qui étaient établis. Je crois que le lieutenant Le Pen avait beaucoup de haine pour nous. Il était, si je puis dire, méchant, ou plutôt, agressif et hargneux. Le dernier jour de mon interrogatoire surtout. Il m’avait posé l’éternelle question : « Où est-ce qu’il se trouve ton cousin ? Quand est-ce qu’il est venu ? Qu’est-ce que tu as fait avec lui ? ... etc ». Et comme je ne répondais pas, il m’a ri au nez : « Tu sais où il est ? ». J’ai dit : « ça fait vingt jours que vous me posez la même question, et je réponds toujours la même chose. » Alors il a dit : « Et bien, moi je sais où il est. Il est au Djebel ». Là, j’ai répondu : « Du moment que vous le savez, pourquoi vous n’allez pas le chercher, vous qui avez tous les moyens.. ? ». Alors là, il a commencé par me gifler, puis il m’a frappé à grands coups de poing dans le ventre, et puis je suis tombé dans les pommes. D’habitude, les « tabassages », c’était avant chaque interrogatoire. Ils nous prenaient entre trois ou quatre militaires, et on était une poupée de chiffon au milieu. Chaque fois, c’étaient quelques claque, d’un côté ou de l’autre, ou des coups de poing, pour vous enlever un peu l’émotion, et après seulement, le courant électrique, et ça va progressivement. Le Pen, dans ses cas-là, il criait et il se vantait : « On vous écrasera, les fellouzes », ou encore : « Dis à ton FLN qu’il vienne te sortir de là. ». Après ça, on retournait dans les tombeaux. Ils avaient creusé huit ou dix tombes dans le jardin. Dans la journée, il y avait le soleil, mais en mars, vous savez, les nuits sont fraîches sans couverture. On descendait parfois mouillés. Après la baignoire ou le tuyau, ils nous remettaient dans cet état dans la tombe. Il y avait la sentinelle qui marchait au dessus, et de temps en temps, elle nous jetait un peu de terre. On n’avait pas le droit de communiquer entre nous. Le Pen, lui, il nous voyait de la terrasse parce qu’il y avait une terrasse en haut de la villa. Il ne descendait pas jusqu’aux tombes.

Pour manger, ils nous donnaient dans la tombe, et on dormait dans la tombe. On ne pouvait pas sortir sauf si on avait un besoin naturel. Alors, il fallait appeler la sentinelle et elle nous accompagnait jusqu’à la porte des toilettes et nous attendait, puis nous remettait dans la tombe. Je me souviens d’un homme qui a été fusillé comme ça. Il s’appelait El Hadj Ali Mouloud. On ne sait pas s’il s’est dirigé vers les toilettes ou s’il a voulu se rapprocher de la guérite pour fuir. La sentinelle lui a tiré dessus. Il a été abattu d’une rafale. Par la suite, le soldat nous a dit qu’il ne voulait pas le tuer. C’était un allemand, celui qui a tiré, il s’appelait Yalta. Martin et le lieutenant Le Pen, la majorité, c’étaient des Allemands, et deux Espagnols.

A la fin, le lieutenant Le Pen nous a pris en photo, - la majorité des détenus à la villa des Roses – et il nous avait même conviés, si on avait l’occasion de passer à Paris, de demander après M. Le Pen, à l’Assemblée nationale.

Un extrait de la première page de Vérité-Liberté N° 20, juin-juillet 1962

le_pen_tortionnaire-7f1cc.png

SOURCE : http://ldh-toulon.net/il-faut-que-les-Francais-sachent.html 

 Ça c’est passé en 2014 

Jean-Marie Le Pen vote contre l'éradication de la torture avant de se raviser

Par LEXPRESS.fr, publié le 11/03/2014 à 19:36

L'eurodéputé FN fait partie des trois élus au Parlement européen à avoir voté contre un rapport non contraignant prônant l'éradication de la torture. Il voulait en réalité s'abstenir, affirme-t-il.

bruno-gollnisch-jean-marie-le-pen_494848.jpg

Jean-Marie Le Pen, entouré de Bruno Gollnisch et de Marine Le Pen (ici, lors d'un vote au Parlement européen).

RAPHAEL HELLE/Signatures pour L'Express

L'ancien président du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen, a voté mardi au Parlement européen contre un rapport sur l'éradication de la torture dans le monde avant de se raviser et d'indiquer à l'AFP qu'il souhaitait en fait s'abstenir. 

Le rapport, consensuel et non juridiquement contraignant, présenté par l'eurodéputé socialiste belge Véronique De Keyser, dénonce toutes les formes de torture ainsi que les traitements cruels, inhumains et dégradants. 

Il se prononce également en faveur d'un moratoire universel sur la peine de mort. Le seul pays mis nommément en cause dans le rapport parce qu'on y pratique la torture contre les prisonniers politiques est la Corée du Nord. 

Le texte dit d'initiative parlementaire, c'est à dire sans valeur législative, a été approuvé par 608 députés. Seuls trois députés ont voté contre tandis que 27 se sont abstenus. 

Les trois députés ayant rejeté le texte sont l'eurosceptique néerlandais Bastiaan Belder, l'écologiste allemande Hiltrud Breyer et le Français Jean-Marie Le Pen. 

SOURCE : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/jean-marie-le-pen-vote-contre-l-eradication-de-la-torture-avant-de-se-raviser_1499230.html

 

 



 

 

Tag(s) : #Associations