un-plouaysien-doit-sa-vie-une-biere-copie-1.jpg

http://www.ouest-france.fr/guerre-dalgerie-un-plouaysien-doit-sa-vie-une-biere-2021982

Lors des cérémonies commémoratives de la fin de la guerre d’Algérie, mercredi soir, la foule tenait à rendre hommage à Mathurin Le Mestréallan, « le miraculé de Kabylie ».

http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif Les cérémonies commémoratives de la fin de la guerre d’Algérie se sont déroulées, mercredi soir, devant la stèle de la place de Bécherel et devant le monument aux morts du centre-ville de Plouay, dans une ambiance particulière.

Considéré comme mort

En mars 1959, Mathurin Le Mestréallan, tireur au fusil-mitrailleur en Algérie, a été blessé en Kabylie. Considéré comme mort après huit jours de soins, il a été envoyé à la morgue de Tizi-Ouzou…

L’établissement était alors gardé par des appelés comme lui qui avaient pour habitude de placer leurs bières au frais dans les boxes des morts… L’un d’eux, venu récupérer son rafraîchissement, s’est rendu compte que son collègue vivait toujours.

Le miraculé "Pils"

Le médecin a alors repris les soins alors que tout était prêt pour lui rendre un hommage mortuaire. Le miraculé « Pils » (le nom de la bière qui l’a sauvé) a été rapatrié et soigné. Mercredi soir, 55 ans après, Mathurin Le Mestréallan, 76 ans, a reçu la médaille des blessés de guerre.

 

Tag(s) : #Associations