Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 images1.jpg

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-therese-ferrisi/300612/jetais-amoureuse-dun-algerien

 

30 Juin 2012 Par MARIE THERESE FERRISI

 

1962 : Maison-Carrée (El Harrach), les écoles ferment car on craint pour notre sécurité. J'ai douze ans et le père de ma meilleure amie Hélène vient d'être assassiné devant la porte de son cabinet médical, pas loin de l'Ecole Laverdet. Alors moi, je me dis que l'on ferme les écoles parce que nous risquons de mourir, d'être mitraillés.

Les "bérets rouges" comme je me plaisais à les appeler, sont venus nous "garder" dans l'enceinte de l'immeuble de la SAPCE (société algérienne de produits chimiques et d'engrais) où nous habitions, nous protéger plus exactement, mais de quoi ? Un après-midi, je jouais "en bas" (un raccourci, vocabulaire de notre enfance mi-sicilien, mi-français) quand une grenade est tombée comme un pétard mouillé prés de moi. D'où venait-elle ? De notre propre immeuble pour faire croire que le FLN nous attaquait ? Fort probable à postériori... Toujours est-il que l'interdiction de jouer "en bas" a frappé les jours et les semaines qui comptèrent jusqu'à notre transfert dans un appartement au centre d'Alger, théâtre pour moi inoubliable de la liesse algérienne fêtant l'indépendance.

Avant que cette évacuation n'arrive, je me revois appuyée sur le bord de mon balcon de notre immeuble cerné d'un mur en ciment sans barbelés  (cela est moins douloureux) Je peux l'apercevoir de l'autre côté. Il fait parti de ce quartier qui ne me fût pas interdit pendant une dizaine d'années, où j'allais acheter avec mes frères les beignets, les makrouts  etc..., piquer à l'occasion les carambars du mozabite (peuple pacifique). Il me regarde derrière son rideau et je ne le quitte pas des yeux, comme je ne voulais certainement pas quitter ma terre natale.

Tous les jours, à la même heure, cette obsession du lien à maintenir avant que les "paras" ne viennent nous embarquer pour le centre ville. Un arrachement. Je savais que papa voulait rester et prendre la nationalité algérienne. Pas de problème pour lui, il parlait l'italien, le français et l'arabe mais n'écrivait aucune de ces langues ce qui ne l'a pas empêché d'être "chef de chantier" et responsable de l'embauche des ouvriers toutes nationalités confondus. Monsieur Michel, ils l'appelaient. Beaucoup de respect pour son autorité ferme et impartiale. Il ne voulait pas de parti pris politique disait-il à la maison. Sauf que, l'attentat de la rue d'Isly, les représailles du lendemain et ainsi de suite, années les plus noires de la guerre avec une politique de la terre brûlée menée par l'Oas ont mis en doute la possibilité d'y rester.

 409061193.jpg

1201890368.jpg

Nous n'allions plus à Fort de l'eau (Bordj El Kiffan) au cabanon familial car notre ami et chauffeur harki qui nous y conduisait avec sa traction s'était fait assassiné, "trop gentil avec les européens"... Je n'y comprenais rien. En 1958, Jean mon frère aîné fonçait au Forum d'Alger sur sa Vespa, drapeaux tricolores au vent, il avait "cru comprendre"... et là 1962 nous avions réintégrés notre immeuble, toujours séparés par l'enceinte murale, les "bérets rouges" sur le toit et mon amoureux "anonyme" derrière sa fenêtre.

Un des derniers longs soirs, barricadés derrière nos volets laissant entrevoir les flammes de l'incendie du poste de gardes mobiles plastiqué par l'Oas, je me demandais si nous allions vraiment partir.

  • C'est comment la France ?
  •  Des routes, des maisons, c'est comme ici !

 Le lit de camp est inconfortable, les meubles ont embarqués pour Port Vendres  depuis trois mois déjà. Mon beau-frère est rentré un soir à moitié mort, il conduisait la quatre chevaux de papa et s'est emplâtré contre un mur. Un miracle qu"il ne soit pas mort, le FLN le soupçonnait de détenir des armes pour l'autre organisation, celle qui me flanquait "la trouille" la nuit.

Mon amoureux, porteur d'espoir, toujours dans la maison d'en face, à 200 mètres à vol d'oiseau, mais c'est mon père qui me tira de la situation désespérée, du désert d'humanisme, de la haine d'entre les hommes. Nous allions quitter l'Algérie en escorte serrée, menée par le chef du FLN du quartier devenu interdit, m'arrachant aux odeurs de beignets, il voulut nous protéger de ceux du Djebel qui ne nous connaissaient pas. Adieu, Alger la blanche et bienvenue au camp de réfugiés de Brecia en Italie du Nord, trois jours, trois nuits pour comprendre que j'étais d'abord italienne, que dormir derrière des rideaux de couverture sur la terre battue, cela ne durerait pas longtemps, juste quelques milliers de lire à encaisser pour commencer une nouvelle vie à Montréal dans l'Aude.

J'étais amoureuse d'un algérien, j'avais douze ans..

1963 : A l'école française,

  • mais dis moi tu es algérienne non ?
  • je rougis, je ne sais que répondre, "euh..oui... puisque je suis née là-bas"
  •  Alors tu es arabe ? 

Je compris alors le dédain pour ce peuple de l'Algérie toute entière. Le pont franchi, plus tard, je trouvais les mots pour expliquer la différence et faire vivre cette culture.

Je dédie ce billet, plus particulièrement à Ben Boukhtache…

Marie-Thérèse Ferrisi

  Cinquante ans après...

http://blogs.mediapart.fr/blog/ben-boukhtache/300612/cinquante-ans-apres
RSCN6015.JPG

30 Juin 2012 Par Ben Boukhtache
Je n'ai jamais considéré la guerre d'Algérie, comme un enjeu.
Toujours considéré, au plus profond de moi même, qu'il était légitime , un devoir que le peuple Algérien puisse accéder à son indépendance.
Enfant de harkis, j'ai vécu cette  déchirure   à ma manière, avec toute ma sensibilité, mais, aussi , celle d'un enfant de la guerre.
Cinquante ans après, elle est toujours là, présente à jamais
Avec le temps, j'ai fait de mon mieux, avec toute mes possibilités pour me reconstruire
Adolescent, j'ai  longtemps imaginé mon père comme un traître à son propre pays et dans le même temps je me refusais à l'accepter, je connaissais, mon père.
Adultes, je commençais à m'interroger sur l'engagement de ces Algériens auprès de l'Armée Française,  à mieux comprendre grâce en particuliers aux travaux d'historiens, aux témoignages  de ces mêmes Algériens, la plupart analphabètes, paysans, comprendre leurs enrôlements.
Aujourd'hui, et depuis peu, je sais pourquoi mon père est devenu un harkis .
Que les nationaliste Algériens, sachent que 90 % des harkis, l'ont été par non choix , par peur , pour sauver leurs vies et celle de leurs familles, que ces mêmes harkis aiment de tout leurs coeur l'Algérie .
J'espère qu'un jour, In ch'Allah, cette Algérie devienne fraternelle malgré les  souffrances de part et d'autres
L'algérie est, aussi, leur  pays. Il n'appartient pas uniquement à ces hommes historiques
Ils ont payé, lourdement payé .
Abandonné par les uns, massacré par les autres.
                                                                                             Ben Bouktache
 
                                           UN DES COMMENTAIRES

                                         LES PLUS RECOMMANDES

30/06/2012, 19:12 PAR ANNE GUERIN-CASTELL
Oui, Ben. L'Algérie est aussi leur pays. On ne le dit pas assez souvent, comme on ne dit pas assez souvent que tous les harkis restés en Algérie n'ont pas été tués après l'indépendance. Des moghaznis, par exemple, ont été protégés par les chefs de villages, et leurs enfants et petits-enfants peuvent vivre parmi la population sans qu'on leur fasse porter le poids de ce à quoi furent associés leurs pères.
Ceux qui n'ont que le mot “traître” à la bouche sont souvent de la 2e, voire 3e génération, qui, nés en France, n'ont pas vécu cette guerre. Ils croient ainsi venger leurs pères, mais se trompent. Tant pis pour eux. Ne te sens pas atteint par leurs paroles.
Ne te sens pas atteint par ce qui se publie dans l'édition que j'ai créée. Ce n'est pas contre toi, ce n'est pas contre les harkis et leurs descendants, ni contre les pieds-noirs. C'est juste pour que TOUT soit dit de cette terrible guerre qui a meurtri des générations, et dans ce Tout, il y a le sort des harkis et notamment ton témoignage sur ce que fut leur vie en France.
C'est à ce prix que nous pourrons, les uns et les autres, avoir un sourire et l'âme légère chaque 5 juillet…
 

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :