Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BnBSC_LCcAA9-ob.jpg

 

Cracheurs de racisme, cracheurs de haine 

Thierry Mariani, Député UMP, a allumé le feu avec son tweet raciste, suite à  l’enlèvement de plus de 200 lycéennes au Nigéria, par la secte islamiste Boko Haram. Tout le monde en parle,  tout le monde écrit sur les réseaux sociaux, mais  il est à craindre que les plumes se transforment un jour en armes de la colère,  dans cette France qui a du mal à assumer les  conséquences des crimes de l’esclavage et de la colonisation : une France métissée,  qui ne se relèvera pas du rejet d’une partie de ses enfants,  né de ces chocs qu’elle a provoqués.

 
 Esclavage, le bréviaire de la haine

est toujours ouvert

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/05/09/esclavage-le-breviaire-de-la-haine-est-toujours-ouvert_4414243_3232.html

Créé en vertu d'une décision du Congrès en 2003, le National Museum of African-American History and Culture. ouvrira ses portes en 2015. En voyant cette réalisation sortir de terre à quelques mètres de la Maison Blanche, je me disais qu'il était remarquable qu'un pays à ce point traversé dans son Histoire par la question raciale – facteur de haines et de crimes – puisse s'engager avec une telle résolution dans la voie de la connaissance, de la lutte contre les préjugés racistes et de la réconciliation. Je me disais dans le même temps que nous en étions encore très loin en France et que les blocages psychologiques et politiques à un tel travail étaient bien loin d'être levés.

La loi Taubira de 2001 reconnaissant l'esclavage comme crime contre l'Humanité et instaurant une journée de commémoration des abolitions de la traite négrière et de l'esclavage avait d'ailleurs connu un destin singulier. En effet, quelques années plus tard, et prétextant d'un refus de la ''repentance'' au demeurant réclamée par personne, la loi du 23 février 2005 venait reconnaître le ''rôle positif'' de la colonisation.

En outre, la journée de commémoration, finalement fixée au 10 mai de chaque année, aura quasi-constamment été un non-évènement. Il faut dire que les chefs d'Etat qui y ont participé l'ont manifestement vécue soit comme une corvée obligée, soit comme un moment dont ils ne savaient que faire. Au final, cette journée de commémoration n'a toujours pas acquis le statut d'une journée concernant la nation et devant servir à impulser un travail patient et constant de déconstruction des préjugés issus de la dévalorisation de l'image du Noir, dévalorisation dont il nous semble utile de rappeler qu'elle était consubstantielle à une mise en esclavage qui, à l'époque de l'Humanisme puis des Lumières, ne pouvait trouver sa légitimation que dans l'association du Noir à un sauvage ou à un éternel enfant.

UN TWEET

Le lendemain de ces réflexions, Thierry Mariani sortait un tweet ainsi rédigé : ''L'enlèvement par secte Boko Haram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage #déculpabilisation''. Nous ayant habitué à une obsession anti-africaine solidement ancrée, Thierry Mariani semble ne pas être sur le chemin de la désintoxication de la haine, du dégoût ou du mépris qui l'habite à l'endroit des immigrés d'origine maghrébine et subsaharienne, tout autant que des Antillais. Ce récent tweet en est le meilleur et très indélicat témoignage tant il ne s'adresse en aucun cas à l'Afrique mais bien à ce que Monsieur Mariani perçoit des dangers que feraient courir pour notre pays les revendications issues de ces populations.

Pour appuyer notre propos, notons d'ailleurs d'emblée l'utilisation sordide d'un drame qui touche de jeunes Nigérianes dont Monsieur Mariani ne semble avoir cure, puisqu'il n'en parle qu'aux seules fins de légitimer ses positionnements sur la scène politique française. Quel est ainsi le grand projet de Thierry Mariani ? Rappeler que l'Afrique a pratiqué l'esclavage afin de faire cesser la « culpabilisation ». Etudions les deux vices fondamentaux de ce projet avant d'en montrer le but véritable et enfin le danger qu'il fait peser sur notre société.

Les vices donc. Le premier, c'est celui qui consisterait à vouloir mesurer ses propres crimes en prenant comme étalon ceux des autres. Que les Africains aient pratiqué un esclavage intracontinental bien avant l'arrivée des Européens, outre le fait que nul ne le nie, ne change en rien l'abomination de la traite transatlantique et de l'esclavage initié par les Européens sur le continent américain.

Le second, c'est de faire croire que le travail sur l'Histoire serait une vaste entreprise de culpabilisation. Il n'aura échappé à personne que les négriers et les maîtres esclavagistes sont morts et enterrés depuis fort longtemps. Il n'aura pas plus échappé à la vigilance des militants de la reconnaissance de ces pages de l'Histoire de France que de nombreux Français vivant en métropole sous l'Ancien Régime étaient dans des situations de servage qui n'étaient pas sans rapport avec la situation d'esclave dans les Antilles, bien que n'en égalant pas en général la cruauté. Il n'aura non plus échappé à personne qu'il n'y a pas de responsabilité collective et génétique des Européens. A moins que Monsieur Mariani ait un jour été confronté à une personne lui attribuant la responsabilité de l'esclavage ? Mais parions que si cela avait été le cas, Monsieur Mariani en aurait informé l'Humanité par quelques tweets inspirés.

REFUS D'ÉGALITÉ

En réalité, le projet de Monsieur Mariani poursuit un seul but : le refus de l'égalité entre les citoyens. Que ce soit ses positions naguère énoncées sur les tests ADN ou sur l'immigration venue d'Afrique ou ce positionnement historico-tweetes que, Monsieur Mariani se pose en gardien vigilant d'une France prétendument profonde et refusant de réfléchir à ce que l'Histoire a pu léguer de préjugés, sources de discriminations et de rancœurs.

Cette dynamique est funeste en ce qu'elle bloque pour notre pays la capacité d'avancer  en vidant des contentieux historiques, en luttant contre les préjugés et en avançant sur le chemin d'une pleine égalité entre les citoyens. Bref, ce que promeut Monsieur Mariani, c'est finalement que la France ne soit pas la France.

Pour ma part, et en ce qui concerne tous ceux qui militent en faveur de la pleine reconnaissance de ces pages de l'Histoire de France et de la pleine égalité entre les citoyens, nous pensons que Schœlcher, en abolissant l'esclavage lors des premières heures de la deuxième République reprenait le chemin – brouillon – des révolutionnaires qui avaient aboli une première fois l'esclavage lors des mois tourmentés de la première République. Ces Français-là ont fait, par ces gestes, que la France a progressé sur le chemin de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Notre fierté va vers ces Français qui ont rendu la France plus grande, là où Monsieur Mariani s'ingénie chaque jour à la rendre plus petite et plus frileuse.

Esclave de sa haine, Monsieur Mariani appelle finalement les citoyens à s'enchaîner avec lui à ce lamentable sentiment. Face à cette tentative, nous répondrons constamment par notre détermination à être fidèles à la devise républicaine, et à la rendre pleinement effective.

Dominique Sopo, est un ancien président de SOS Racisme.

  • Dominique Sopo (militant associatif)
Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :