Rappelez-vous, chers amis, le mardi 9 octobre 2012 nous mettions en ligne cet article :

http://dandelotmije.over-blog.com/article-de-paris-le-6-octobre-2011-a-alen-on-le-6-octobre-2012-voici-enfin-venu-le-temps-des-victimes-du-te-111058780.html

Hélas, cinquante ans après l’OAS toujours "assassine" !

logo_ouestfrancefr-copie-1.png 

Alençon

La plaque du souvenir d’Alfred Locussol vandalisée

195aebdb.jpg 

La plaque de marbre noir est en morceaux.
Ouest-France

La plaque du souvenir, commémorant l’assassinat d’Alfred Locussol par l’OAS en 1962, a été vandalisée. À peine une semaine après son inauguration, avenue Wilson, face à la gare. « Nous sommes choqués que certains, peut-être "nostalgériques, n’aient pas encore compris le sens de l’Histoire », déplore François Tollot, adjoint au maire, l’un des organisateurs de l’hommage. Communiste fervent, Alfred Locussol était aussi partisan d’une Algérie indépendante.

img341.jpg

La déclaration de notre ami Jean-François Gavoury

Paris, 16-X-2012.

La destruction de la stèle que le député-maire d’Alençon, M. Joaquim Pueyo, a dévoilée le samedi 6 octobre afin de célébrer le souvenir de M. Alfred Locussol, premier fonctionnaire de l’État assassiné par l’OAS sur le sol métropolitain, a fait aujourd’hui l’objet d’articles en pages locale (Alençon) et régionale du quotidien Ouest-France.

Inspiré par les remarques parvenues de membres et amis de l’Anpromevo, le texte complet de ma déclaration au journaliste Julien Belaud était le suivant :

« J’étais venu à Alençon pour dire que le temps des assassins était révolu et que venait enfin celui des victimes. Il s’agissait d’un vœu, non d’un constat.

« Relevant du fascisme, l’acte de profanation commis huit jours à peine après l'hommage officiel rendu à Alfred Locussol montre que les anciens activistes et sympathisants de l’OAS ou autres nostalgiques de l’Algérie française sont des revanchards haineux et irréductibles.

« Les amnisties d’hier ont permis à un discours révisionniste de prospérer et de s’installer au sein des institutions de la République au point de faire passer, y compris au sein de l’actuel pouvoir, d’anciens assassins multirécidivistes, dûment condamnés à la hauteur de leurs crimes, pour des résistants, des héros, abaissant ainsi leurs victimes au rang de traîtres à la patrie.

« Dans cette année du cinquantenaire du cessez-le-feu en Algérie et de la fin de la guerre, on découvre que certains n’ont rien appris. »

Je vous remercie de votre attention,

Et vous assure de mes plus cordiales salutations.

Jean-François Gavoury

ANPROMEVO

 

 

Scandaleux !

   

Publié le 15/10/2012 par notre ami Jacques Cros 

  

"Nous apprenons que la plaque rendant hommage à Alfred Locussol, assassiné par l’OAS à Alençon le 3 janvier 1962 et dévoilée le 6 octobre 2012 a été vandalisée.

Le dimanche 14 octobre, soit à peine une semaine après son inauguration (l'inauguration du 06 octobre ici), on l’a retrouvée cassée.

Ceux qui portent ainsi atteinte à la mémoire des victimes de l’OAS ne se grandissent pas avec cet acte de violence. Cette profanation, du plus pur style fasciste, est à l’image de ce qu’étaient les activistes de l’OAS et de ceux qui s’en réclament aujourd’hui.

A Béziers la stèle de la honte qui porte les noms de quatre assassins de l’OAS est toujours en place !

Décidément avec le cinquantenaire du cessez-le-feu en Algérie on découvre qu’il y en a qui n’ont rien appris et rien oublié !

Peut-on laisser les choses en l’état ?  

Tag(s) : #Associations