Oui il serait important d'ajouter

le n° de janvier 2013

janvier 2013

Enfin ! L'histoire réhabilitée !

50 ans après le «Cessez-le-feu» officiel en Algérie, le 19 mars reconnu par le Parlement, comme Journée du Souvenir et du Recueillement, en mémoire des victimes civiles et militaires.

Le 8 novembre 2012, le Sénat a adopté la proposition de loi, votée par l'Assemblée nationale, le 22 janvier 2002, relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
Plus de dix ans après son adoption par l'Assemblée nationale, il était urgent d'achever la reconnaissance des sacrifices consentis par tous ceux qui ont perdu la vie durant la guerre d'Algérie. Alors qu'il a fallu attendre la loi du 18 octobre 1999 pour reconnaître aux opérations militaires intervenues entre 1952 et 1962 en Algérie, en Tunisie et au Maroc le caractère de guerre, le 19 mars, date anniversaire du cessez-le-feu officiel, approuvé par 90,8% des Français par referendum du 8 avril 1962, s'impose désormais comme la seule date au caractère historique et symbolique pour honorer toutes les victimes du conflit.
La FNACA, seule association spécifique de la guerre d'Algérie, à l'origine de cette demande de reconnaissance officielle depuis 1963, se félicite du vote des sénateurs, qui contribuent ainsi au rétablissement de la vérité historique.
Elle demande au Président de la République de promulguer cette Loi sans délai et d'abroger le décret du 23 septembre 2003 qui faisait du 5 décembre, « date arbitraire et fantaisiste » selon le professeur Kaspi, la date de commémoration en hommage aux morts d'Afrique du Nord.
La FNACA remercie ses 350 000 adhérents, ses milliers de responsables locaux et départementaux, les 22 000 municipalités de France qui ont appuyé dans ce sens, la majorité des conseils généraux et régionaux, les parlementaires de toutes sensibilités, qui ont forgé cette Victoire, conforme aux souhaits de 80% des Français tels qu'ils se sont exprimés à l'occasion de différents sondages d'opinion !

Paris, le 8 novembre 2012

********************************************************************

« MALHEUREUSEMENT »

A ce jour le 5 décembre n’est toujours pas abrogé

C'est là que le bât blesse !!!

POUR INFORMATIONS ET POUR QUE VOUS SACHIEZ CE QUE L'ON VOUS DIT JAMAIS

Suite à la mise en ligne de cet article j’ai reçu ce commentaire qui doit rester anonyme :

« Simplement, et à titre personnel, je partage ton sentiment au sujet du 5 décembre, mais, en l'état actuel des forces et de la volonté politique de la majorité, il est impossible que nous obtenions l'abrogation du décret.

Le gouvernement, déjà mis à mal dans l'opinion, n'a pas envie de s'offrir une nouvelle guerre sur ce sujet.

Et au plan législatif, Mékachéra et Chirac ont concocté un dispositif de "corne cul" qui contraindrait à abroger également l'article 2 de la loi du 23 février 2005...

Un combat, perdu d'avance, qui n'enlève rien à la Journée Nationale du 19 mars, la plus importante de toutes les cérémonies nationales, désormais. »

Que dit donc cet article 2 de la loi du 23 février 2005 :

Article 2 :

La Nation associe les rapatriés d’Afrique du Nord, les personnes disparues et les populations civiles victimes de massacres ou d’exactions commis durant la guerre d’Algérie et après le 19 mars 1962 en violation des accords d’Evian, ainsi que les victimes civiles des combats de Tunisie et du Maroc, à l’hommage rendu le 5 décembre aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord.

 

********************************************************************

 

 

Décembre 1958, N° 1

21 septembre 1958, congrès constitutif de la FNAA

Réunis à l'hôtel Moderne, à Paris, les bureaux nationaux de l'A.N.A.A., de l'A.A.A. et du Groupement des rappelés et maintenus ont pour objectif de "… jeter les bases d'une puissante Fédération Nationale des Anciens d'Algérie…". Ce sont les premiers pas d'une association spécifique qui se fixe pour objectif de défendre les Droits des Anciens d'Afrique du Nord.

       1958 1

        

Avril 1963, N° 17

30 et 31 mars 1963
IVème Congrès National de la FNAA

A Noisy-Le-Sec, les 150 délégués "considérant que la qualité d'Anciens combattants est notre revendication fondamentale", décident d'inclure ce mot dans l'appellation de la Fédération.

La FNAA devient la FNACA.

A ce même congrès, il est décidé, à l'unanimité, de demander la reconnaissance officielle du 19 mars, jour du cessez-le-feu en Algérie, comme journée consacrée au souvenir.

Demande de reconnaissance officielle du 19 mars

  1963 17   

Nov - Déc 1967, N° 46

21 décembre 1967
Adoption à l'Assemblée Nationale de la Loi des Finances pour 1968 accordant un :
Titre de Reconnaissance de la Nation aux Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie.

(JORF du 22 décembre 1967, loi N°67-1114, article 77

      1967_46.gif                                        

 

Janvier 1972, N° 90

La retraite mutualiste pour les titulaires du titre de reconnaissance de la nation

Grâce aux démarches de la FNACA auprès des députés et sénateurs, le gouvernement a été contraint d'accorder aux anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie, titulaires du titre de reconnaissance de la nation, la possibilité de se constituer une retraite mutualiste avec participation de l'Etat (Amendement de la Loi des Finances pour 1972).

La participation de l'Etat sera fixée par un décret du 15 juin de la même année.

1972_90.gif.

Novembre 1972, N° 99

Suppression du barrage juridique du "Maintien de l'ordre"

Lors de la discussion du budget des Anciens Combattants et Victimes de Guerre pour 1973, à l'Assemblée Nationale, André Bord, ministre des A.C.V.G., a déclaré que le gouvernement ne se retrancherait plus désormais derrière le barrage juridique du "Maintien de l'ordre" pour s'opposer à la reconnaissance de la qualité de combattant aux anciens d'Afrique du Nord.

1972_99.gif

Juillet- Août 1974, N°118

Reconnaissance de la qualité de combattant et carte du combattant pour les anciens d'Afrique du Nord

 

- 28 juin 1974, adoption par l'Assemblée Nationale du projet de loi gouvernemental N°943, concernant la reconnaissance de la qualité de combattant et l'attribution de la carte du combattant aux anciens d'Afrique du Nord.
- 17 octobre 1974, adoption de ce texte par le Sénat.

Cette loi, portant le N°74-1044, sera promulguée le 9 décembre 1974.

Cependant, la FNACA, qui n'accepte pas les conditions très restrictives de cette loi imposées par le gouvernement, continue son action.

1974_118.gif

Avril 1975, N° 126

Premières attributions de la carte du combattant

Le 19 mars 1975, à l'occasion du 13ème anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie, première commémoration du cessez-le-feu avec la qualité de combattant, les premières cartes du combattant sont attribuées à la 3ème génération du feu.

1975_126.gif

 Mars 1978, N° 138

La FNACA a 20 ANS

1978, la FNACA a 20 ans et s'installe dans le siège social qu'elle vient d'acquérir au 37-39, rue des Gâtines dans le 20ème arrondissement de Paris.

1978_138.gif

Août 1981, N° 194

1er juillet 1981
La FNACA reçue par le Chef de l'Etat

Le 1er juillet 1981, une délégation de la FNACA a été reçue par le Président de la République, François Mitterrand.
Pour la première fois, une délégation représentative des anciens combattants d'Afrique du Nord était reçue à l'Elysée par le Chef de l'Etat en personne.

1981_194.gif

Octobre 1982, N° 207

23 septembre 1982
Une loi améliore les conditions d'attribution de la carte du combattant

L'Assemblée Nationale a adopté à l'unanimité une proposition de loi d'origine sénatoriale améliorant les conditions d'attribution de la carte du combattant à la 3ème génération du feu. Il aura fallu près de 10 ans pour faire adopter cette disposition suggérée par la FNACA dès les premières discussions sur les conditions de la reconnaissance de la qualité de combattant aux anciens d'Afrique du Nord.

1982_207.gif

Septembre 1985, N° 239

La guerre d'Algérie toujours non reconnue officiellement

Le gouvernement actuel, comme les précédents, continue à ne pas reconnaître aux anciens d'Afrique du Nord leur qualité pleine et entière de combattant, la guerre d'Algérie n'étant pas officiellement considérée comme telle.
Il s'agit encore des "opérations d'Afrique du Nord", plus de 23 ans après le cessez-le-feu officiel du 19 mars 1962.

1985_239.gif

Avril 1987, N° 256

19 mars 1987
Grand rassemblement national pour le 25ème anniversaire du cessez-le-feu en Algérie

Il regroupa à Paris 2 000 porte-drapeaux et 12 000 anciens combattants en Afrique du Nord qui rendirent hommage aux 30 000 soldats français morts durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie, ainsi qu'aux victimes civiles de ces conflits.

1987_256.gif

Octobre 1987, N°260

Le Front Uni

Juillet 1987 :
Naissance du Front Uni

Les principales organisations représentatives des anciens combattants en Afrique du Nord se rencontrent et adoptent une plate-forme revendicative commune. Le Front Uni, composé de la FNACA, de l'ARAC, de la FNCPG-CATM, de l'UF et de l'UNC-AFN, fait ses premiers pas.

Il appelle à une manifestation nationale, le 3 octobre 1987, à Paris. Elle rassemblera 50 000 anciens combattants en Afrique du Nord entourés de leurs aînés.

1987_260.gif

Juin-Juillet 1990, N°288

19 mai 1990 :
la manifestation interdite

Paris, 19 mai 1990, manifestation du Front Uni interdite par le gouvernement sous le motif de "risque de trouble de l'ordre public". Les forces de l'ordre procéderont à un bouclage total entre la Concorde et le rond-point des Champs-Elysées.

1990_288.gif

Novembre 1994, N° 331

Refus de la retraite anticipée aux anciens d'Afrique du Nord

1992 : La retraite anticipée pour les anciens d'Afrique du Nord, qui a fait l'objet de nombreuses propositions de loi, de tous les groupes politiques, n'est toujours pas à l'ordre du jour. Le président de la FNACA appelle à "sanctionner" la majorité si celle-ci ne répond pas à cette légitime revendication avant la fin de la législature.
Octobre 1994, Nantes, XXIème Congrès National de la FNACA: Le nouveau ministre des anciens combattants, Philippe Mestre, vient justifier le refus du gouvernement concernant la retraite anticipée, et ce, en dépit de son engagement personnel : "J'ai signé, certes, mais j'ai été trompé… comme vous… je ne savais pas le coût de la retraite anticipée…".

1994_331.gif

Février 1996, N° 344

Les Françaises et les Français se prononcent pour le 19 mars

Février 1996, selon un sondage IFOP exclusif, 69% des français ont choisi une date propre à honorer les morts d'AFN, c'est le 19 mars !
Cette adhésion sera confirmée de manière encore plus nette en février 1997 et en décembre 1999 par, respectivement, 70 et 72% des français. 

 1996 344

 

Octobre 1999, N° 380

Reconnaissance officielle de la "Guerre" d'Algérie

C'est Jean-Pierre Masseret, ministre des anciens combattants, qui utilisa pour la première fois, le 21 septembre 1997, l'expression "guerre d'Algérie", dans un discours officiel.
Le 10 juin 1999, l'Assemblée Nationale unanime adopte une proposition de loi d'origine parlementaire reconnaissant officiellement la guerre d'Algérie. Le 5 octobre 1999, le Sénat exprime la même unanimité.
Cette loi, portant le N°99-882, sera promulguée le 18 octobre 1999.

1999_380.gif

Tag(s) : #Associations