Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint-Laurent-en-Brionnais

(Saône-et-Loire)

Une plaque pour la mémoire

les-officiels-les-anciens-combattants-et-les-maires-entoure.jpg

Les officiels, les anciens combattants et les maires entourent Bernard Augagneur lors de l’inauguration de la plaque commémorative au monument aux morts.  Photos M. J. (CLP)

la-plaque-a-la-memoire-des-30-000-morts-de-la-guerre-d-alge.jpg

La plaque à la mémoire des 30 000 morts de la guerre d'Algérie, Maroc, Tunisie Madeleine JAMBON (CLP)

Une plaque commémorant les morts tombés lors des guerres d’Algérie, Tunise et Maroc a été inaugurée.

La commémoration du 8 Mai 1945 à Saint-Laurent-en- Brionnais était jumelée avec l’inauguration officielle d’une plaque à la mémoire des 30000 morts des guerres d’Algérie, Maroc et Tunisie 1954 - 19 mars 1962 (cessez-le-feu). De très nombreux habitants du village étaient présents pour la cérémonie suivie avec ferveur et recueillement.

Le défilé était emmené par la batterie fanfare municipale de la Clayette. La cérémonie a eu lieu en présence du comité cantonal de La FNACA, de Robert Chafraix président départemental de l’UNC, du lieutenant Jacques Lafforgue et de l’adjudant-chef Gabriel Poulleau, de Denis Julié maréchal des logis en réserve domicilié à Saint-Laurent, de l’adjudant-chef Gérald Mortel représentant la brigade de La Clayette et des maires du canton ou de leurs représentants et enfin des porte-drapeaux.

Après les différentes sonneries d’usage, la lecture par le maire, Bernard Augagneur, du message de Kader Arif, secrétaire d’État des Anciens combattants et le dépôt de gerbes, la plaque commémorative a été dévoilée.

« Si nous sommes libres, c’est grâce aux anciens »

Lors du vin d’honneur qui a suivi la cérémonie, Bernard Augagneur a rappelé «Ce sont les accords d’Evian qui ont engendré le cessez-le-feu le 19 mars1962. De ce jour je me souviens, j’étais sur le terrain. À un moment, de nombreux combattants adverses sont sortis d’un bois et sont venus à notre rencontre sur un terrain plat. Heureusement pas un gars de part et d’autre n’a perdu son sang-froid, pas un coup de feu, cela aurait pu être un carnage. Les chefs respectifs se sont salués et chacun est parti de son côté. À partir de ce jour, plus de combat direct, mais des attentats silencieux. Ce devoir de mémoire j’y tenais beaucoup. N’oublions que si nous sommes libres aujourd’hui c’est grâce à nos anciens de 14-18 et de 39-45.»

 

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :