Fontaine-Française (Côte-d’Or) : une rue

 lieu de mémoire

PHOTOS-2.jpg

La plaque a été dévoilée par Nicolas Urbano et Louis Gentilhomme, maire de Saint-Seine- sur-Vingeanne. Photo Rémy Monget

PHOTO-1.jpg

Les autorités et les vingt-huit porte-drapeaux du département.

 

Pour commémorer la date du cessez-le-feu en Algérie, une rue du 19-Mars-1962 a été inaugurée. Élus, comités locaux de la FNACA et de nombreuses personnes étaient présents.

Samedi matin a eu lieu l’inauguration de la rue du 19-Mars-1962, date commémorative de la cessation des combats en Algérie. Fontaine-Française devient ainsi la 96e commune du département à honorer la mémoire de ceux qui étaient partis « effectuer le maintien de l’ordre ». Une cérémonie empreinte de solennité et d’émotion notamment pour la famille d’André Sublet, présente à la cérémonie.

André Sublet, enfant de Fontaine-Française mort pour la France au combat en Algérie, repose au cimetière communal. La mémoire de Robert Naessens, originaire du canton et inhumé à Lyon, et d’André Fayant, inhumé à Saint-Maurice-sur-Vingeanne, ont été évoquées, un hommage leur a été également rendu.

Lors de la lecture du discours du général Ailleret sur le cessez-le-feu, Nicolas Urbano, maire et conseiller général, président de la communauté de communes du Val de Vingeanne, était entouré du sénateur Alain Houpert (élu UMP), du député de la circonscription Rémi Delatte, et de plusieurs maires du canton. Outre vingt-huit porte-drapeaux du département, on notait la présence de Jean Lécrigny, président départemental de la FNACA, de Jean-Louis Bourgeois, responsable de la commission mémoire et histoire, de Michel Apert, président du comité cantonal de la FNACA, et des membres du comité cantonal. La plaque a été dévoilée par Nicolas Urbano et Louis Gentilhomme, maire de Saint-Seine-sur-Vingeanne.

Les interventions, tant des élus des collectivités que ceux de la FNACA, ont rappelé aux présents une période sombre de l’Histoire de la France d’une guerre qui ne voulait pas dire son nom et le souvenir de tous ces hommes qui sont partis involontairement loin de leurs familles.

Cette rue du 19-Mars-1962 à Fontaine-Française est née d’une délibération du conseil municipal, prise suite à la demande du comité cantonal. Nicolas Urbano a dit sa reconnaissance aux anciens d’Algérie au nom du conseil municipal.

Cette rue du 19-Mars-1962 est la première et la seule du canton, elle est née du devoir de mémoire au sein du canton. C’est une inauguration qui illustre également l’attachement des membres de la FNACA à la date du cessez-le-feu du 19 mars 1962.

 Un grand moment d’émotion a eu lieu lors de la diffusion de la chanson "C’était mon copain" de Gilbert Bécaud.

 

 

 

Tag(s) : #Associations