senat_367_250.jpg

Des nostalgériques devant le Sénat

En 2000 l’assemblée nationale avait adopté une loi instituant le 19 mars comme journée du souvenir de la guerre d’Algérie. Rappelons le fait essentiel attaché à cette date : c’est le jour du cessez-le-feu et de la paix qui succèdent à plus de sept ans d’une guerre atroce, comme le sont d’ailleurs toutes les guerres !

L’aval du sénat n’ayant pas été demandé, les choses étaient restées en l’état. En 2003 un décret institue le 5 décembre comme journée du souvenir de la guerre d’Algérie. Une date qui ne correspond à aucun fait historique.

Les anciens appelés du contingent regroupés au sein de la FNACA, avec la participation de nombreuses municipalités, ont continué à se rassembler le 19 mars devant les monuments aux morts.

Le 8 novembre 2012 un vote du sénat validait la loi adoptée par l’assemblée nationale en 2000. Plusieurs élus de droite ont saisi le conseil constitutionnel pour que cette loi soit déclarée non conforme à la constitution. Ils ont été déboutés par une décision de cette instance prise le 29 novembre 2012.

En 2012 la journée du 5 décembre a encore été l’objet de cérémonies officielles. A Paris devant le mémorial du quai Branly, Kader Arif, secrétaire d’état aux anciens combattants, a prononcé une allocution que n’aurait pas désavouée Gérard Longuet qui s’est illustré récemment par le bras d’honneur que l’on sait. Kader Arif aurait même accompagné le Chant des Africains dont on connait toute la symbolique !

Apparemment le secrétaire d’état aux anciens combattants était en mission, comme Jean-Yves le Drian, ministre de la défense, l’était à Fréjus pour rendre hommage à Bigeard, le général tortionnaire. Oui, devant l’impopularité de la politique qu’ils conduisent, F. Hollande et sa majorité tentent des opérations politiciennes pour récupérer des voix ici ou là. Les nostalgériques de tout poil, Pieds Noirs ou harkis, sont ciblés par la manœuvre.

Une manœuvre mal reçue par les participants à la cérémonie du 5 décembre qui ont chahuté le représentant du gouvernement et jeté des tracts dénonçant le choix du 19 mars comme journée commémorative.

Eh oui, malgré les concessions idéologiques de la majorité présidentielle, ça ne passe pas chez les intégristes du colonialisme et du militarisme ! Au contraire, ça leur donne du tonus !

tracts

    Des manifestants UNC hostiles au 19 mars au Mémorial national à Paris

 

Jacques Cros

 


 

Tag(s) : #Associations