Saint-Rémy

Un hommage pour toutes les victimes

SAINT-REMY.jpgUn hommage pour toutes les victimes. La cérémonie du 19 mars 1962 a rassemblé une belle assistance mardi après-midi à Saint-Rémy, en présence du maire Pierre Jacob et du conseiller général Fernand Renault, du comité Fnaca local et de nombreux élus et représentants associatifs. Devant le monument aux morts, le maire a lu le message du ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif, rappelant toutes les victimes du conflit, militaires français, harkis et civils. Photo D.C. (CLP)

Igé

Respect et dignité pour le 51ème anniversaire du cessez le feu en Algérie

IGE.jpgCérémonie du 19 Mars. Pour ce 51e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie, les Igéens ont voulu prendre un peu de leur temps pour commémorer comme il se doit cette date qui a été pour beaucoup de personnes un changement de vie. Les conscrits en avaient fini avec la guerre, mais dans le même temps, des familles devaient quitter leur terre natale, et malheureusement des femmes et des hommes subissaient les horreurs de l’après-guerre et des règlements de compte. En leur mémoire, et pour saluer le courage de toutes ces personnes, une minute de silence a été observée par l’ensemble des participants après le dépôt de gerbe au monument du souvenir et la lecture d’un message de Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants, par Roland Schultz et de la Fnaca par Claude Musset. Photo Guy Plantin (CLP)

  Igornay

Les écoliers associés au devoir de mémoire

Une série de discours a été prononcés à la salle des fêtes d'Igornay pour la commémoration du 19 mars 1962. Résumé.

IGORNAY-copie-1.jpgÀ l’issue de la cérémonie commémorative du Cessez-le-feu en Algérie, mardi après-midi, la cinquantaine de personnes présentes se sont retrouvées à la salle des fêtes pour un vin d’honneur offert par la mairie. À cette occasion, les représentants de l’État ainsi que de l’association des anciens combattants ont prononcé, chacun à leur tour, un discours. Ils ont, tout d’abord, rappelé l’importance historique qu’une telle commémoration pouvait avoir.

 

Puis, un autre point a été souligné dans toutes les prises de parole : le rôle très important d’apaisement des tensions que suscite la date du 19 mars. Grâce à cette reconnaissance par l’État, de nombreux anciens combattants ainsi que les familles touchées par ce conflit ont enfin pu faire la paix avec cette partie de leur histoire. À la fin de la manifestation, il a été souligné l’importance du travail à accomplir en ce qui concerne le devoir de mémoire, et plus particulièrement envers les jeunes générations. La cérémonie s’est conclue par un verre de l’amitié.

Buxy

Pour que fleurissent les rameaux

 de la paix

BUXY.jpgPour la 1ére fois, cette commémoration du 19 mars 1962 a pris un caractère officiel sous l'appellation «  Journée nationale du Souvenir ... ».

Le bureau et les adhérents du comité Fnaca local, sous la conduite du président André Montangerand, ont voulu marquer fortement cette 51e commémoration. Trois Croix du combattant ont été décernées à Louis Saulnier, Guy Montillot et Lionel Russias lors de la cérémonie au monument aux morts présidée par Dominique Lanoiselet, conseillère générale et maire de Buxy. Dans ses propos, elle a prôné la tolérance par ces mots : « J’ai la conviction que vous saurez utiliser votre énergie disponible pour aller plus loin dans la réconciliation avec ceux qui, 50 ans après, refusent toujours l’indépendance algérienne ». Dans le parc de la mairie, on a procédé à la plantation d’un ginkgo biloba (seul arbre ayant survécu à Hiroshima) appelé « arbre de la paix ».

Le partage du verre de l’amitié a permis des échanges sincères entre les très nombreux participants.

Chalmoux

Commémoration du 19 mars

CHALMOUX.jpgUne quarantaine de personnes ont défilé depuis la salle polyvalente jusqu’au monument aux morts. Lionel Brodier a lu le message de la Fnaca, puis le maire, Guy Lavocat, celui du ministre Kader Arif. Un dépôt de gerbe commun aux ACPG CATM et Fnaca, et une minute de silence ont clôturé la cérémonie. Photo Patrick Boyer (CLP)

Champagny-sous-Uxelles

Inauguration de la plaque commémorative FNACA

CHAMPAGNY.jpgUne plaque pour célébrer le Cessez-le-feu en Algérie. Ce samedi marquait un jour important à Champagny pour la Fnaca avec l’inauguration d’une plaque commémorative apposée sur le monument aux morts. Cette manifestation s’est déroulée en présence du sénateur Jean-Paul Emorine, de la députée Cécile Untermaier, du maire de la commune Jean Lamblin, et de membres du conseil municipal, des représentants de la gendarmerie, et des membres du comité Fnaca. Après le dévoilement de la plaque qui représente ainsi le symbole d’une juste reconnaissance de la nation envers tous ces jeunes soldats disparus au cours de ce conflit et un dépôt de gerbes, une minute de silence était respectée par les très nombreux participants. Les drapeaux d’anciens combattants et l’union musicale de Saint-Gengoux-le-National ont donné un caractère émouvant et solennel à cette cérémonie. Photo Thérèse Roberjot (CLP)

Champforgeuil

Commémoration du cessez-le-feu

 du 19 mars 1962 en Algérie

CHAMPFORGEUIL.jpgHommage aux victimes d’Afrique du nord. Après les cérémonies qui se sont déroulées d’abord à Virey-le-Grand puis Fragnes, les membres de la Fnaca Chalon nord ont assisté à celle de Champforgeuil en compagnie de Pascal Boissard, maire de Virey et des élus de Fragnes et de La Loyère. On notera aussi la présence de Robert Thurot, porte-drapeau, de quelques habitants et de nombreux élus. Photo Roland Vantard (CLP)

Crissey

Commémoration du 19 mars

CRISSEY.jpg

Le 19 Mars célébré. Les conseillers municipaux, pompiers, habitants de Crissey sont venus rendre hommage aux soldats tombés en Algérie. Après la lecture du message de la Fnaca par Jean-François Drillien, de celui de Kader Arif, ministre délégué aux anciens combattants, par Jean-Paul Bonin, maire de Crissey, une gerbe a été déposée par André Verrien au monument aux morts, devant la nouvelle plaque souvenir des combattants en Afrique du Nord.

Photo Claude Picard (CLP)

Étrigny

Semer des lieux de mémoire

ETRIGNY1.jpgETRIGNY2.jpgSamedi dernier, une cérémonie a été organisée par la Fnaca pour l’apposition sur le monument aux morts d’une plaque commémorative de la guerre d’Algérie. «Cette plaque a pour rôle de rappeler aux générations actuelles et futures ce que nous avons fait», précisait Xavier Fargeix, secrétaire de la Fnaca, «nous essayons d’en mettre dans tous les villages, c’est une façon pour nous de marquer notre passage et de semer des lieux de mémoires. » Photo Anne-Claire Touzot-Baroin (CLP)

Givry

Une journée du souvenir

 et du recueillement bien suivie

GIVRY.jpgC’est devant une assistance composée d’une centaine de personnes venues commémorer la date du 19 mars 1962, reconnue officiellement comme marquant la fin des combats de la guerre d’Algérie, que le comité Fnaca local et la municipalité givrotine ont honoré les victimes civiles et militaires tombées en Algérie, mais aussi lors des combats en Tunisie et au Maroc. Après avoir rendu hommage aux soldats Louis Ragot, mort pour la France le 27 décembre 1959 à Tegnat, et Georges Bouillot, tué à Oran le 8 mai 1962, aux cimetières de Poncey et du bourg, les participants se sont retrouvés devant le monument aux morts pour la cérémonie formelle, donnée en présence des élus, de l’harmonie municipale, du major de gendarmerie Philippe Leclerc, du lieutenant des sapeurs-pompiers Eric Lamy, et de la population. « Plus de 50 ans après la fin de cette guerre, c’est désormais une mémoire apaisée qui doit être recherchée ». C’est en substance ce qui ressort du message de Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, en charge des Anciens combattants, lu par le maire Daniel Villeret. Car si le passé s’écrit, l’avenir, lui, se construit, dans le respect et la tolérance. Satisfaction de la journée, la présence active de deux jeunes élus du conseil municipal jeunes de Givry, Titouan Degrandcourt et Jean-Baptiste Dumas.

La Chapelle-de-Guinchay

Le 19 Mars commémoré au monument

aux morts

LA-CGAPELLE-DE-GUINCHAY.jpgLa journée de mardi dernier coïncidait avec le 51e anniversaire du Cessez-le-feu de la guerre d’Algérie. L’occasion pour la population, le comité local de la Fnaca, les anciens combattants et les élus de rendre hommage aux victimes, blessés, déplacés et autres personnes touchées par ce conflit. Comme à l’accoutumée, la cérémonie s’est tenue au monument aux morts. Dans son allocution, le maire Jean-François Guéritaine insista fortement sur le nécessaire devoir de mémoire, qui doit perdurer pour ne pas reproduire les sacrifices passés. Mais aussi et surtout le devoir d’histoire, « la capacité d’une Nation à affronter la vérité des faits », précisait-il

La Motte-Saint-Jean

Le 19 Mars dignement fêté par la Fnaca

LA-MOTTE-SAINT-JEAN.jpgLe président Ledin ne cachait pas sa satisfaction lors de la commémoration du 19 Mars (date de la fin de la guerre en Algérie), qui a été suivie par plus de soixante personnes mardi dernier devant le monument aux morts.

« C’est la première année que le 19 Mars est reconnu au plan national. Par notre ténacité, nous avons obtenu cette reconnaissance », a-t-il lancé à l’assemblée, en préambule à cette commémoration fortement suivie. Outre le maire de la Motte et les élus locaux, on notait la présence de la conseillère générale, de la batterie fanfare, des portes drapeaux, des représentants des associations patriotiques et une petite partie de la population locale.

Après un dépôt de gerbes par les officiels sur le monument aux morts, c’est le plus ancien, André Burtin, appelé en Algérie en 1956, qui a lu le message national de la Fnaca. Puis, le maire a lu à son tour celui du ministre délégué aux anciens combattants. Un hommage solennel à toutes les victimes a été rendu. « Nous n’oublierons pas leur civisme et leur courage exemplaire. Ils ont accompli l’acte citoyen jusqu’au sacrifice suprême… », a-t-il rappelé.

Le verre de l’amitié a ensuite été partagé à la MPT par l’ensemble des présents.

Perrecy-les-Forges

Une médaille militaire

 pour Louis Dutreuil

PERRECYLESFORGES.jpgUne cérémonie particulière était prévue lors du vin d’honneur servi après la commémoration du 19 Mars. Un membre de la Fnaca Perrecycoise a été mis à l’honneur en présence de sa famille, de Claudius Michel le maire, des membres du conseil municipal, de la Fnaca et de Marcel Lacour président de l’Union départementale des médaillés militaires.

Louis Dutreuil s’est vu attribuer la médaille militaire dans la promotion du 8 novembre 2012 par le décret portant concession de cette médaille qui est attribuée par le Président de la République. Il a combattu en Algérie affecté au groupe transport 543 le 1er juillet 1956, il est chauffeur GMC et participe à toutes les missions opérationnelles dans le secteur de Djefa. Il s’est distingué par son allant, son sang-froid et son mépris total du danger dans toutes les opérations avec les commandos.

Cette citation comporte l’attribution de la croix de la valeur militaire avec l’étoile de bronze. Comme l’a précisé M. Lacour, cette cérémonie privée sera suivie d’une remise officielle devant le monument aux morts lors de la commémoration le 8 mai 2013.

Saint-Didier-sur-Chalaronne

Grand moment d’émotion

 lors de la cérémonie du 19 Mars

Un témoignage poignant

SAINT-DIDIER-SUR-CHALARONNE.jpgLors de la cérémonie du 19 Mars, André Briel, président de la délégation Fnaca, a lu une lettre que lui avait donnée François Baladier, ancien maire. Une vision de la Guerre d’Algérie bouleversante.

C’est à l’occasion de la cérémonie commémorative du cessez-le-feu en Algérie qu’André Briel, président de la délégation Fnaca de Thoissey, a donné lecture d’une lettre que lui a adressée en 2007 l’ancien maire de Saint-Didier, tout récemment disparu, François Baladier.

Et quelle lettre… Empli d’émotion, de mots soigneusement choisis, ce courrier ressemble à l’homme qui l’a écrit : tout en mesure, mais aussi tout en indignation devant l’injustice. Extraits.

« Je vous livre seulement maintenant quelques souvenirs accompagnés de quelques réflexions. Comment parler de la Guerre d’Algérie sans évoquer sa dimension politique ? Cette tâche est impossible, sauf à s’en tenir aux anecdotes des bidasses les plus simples… Nous sommes partis pour maintenir l’ordre et nous avons fait une guerre sordide. J’ai été mobilisé en juillet 1956 et le gouvernement de l’époque a décidé d’accroître de 250 000 hommes le contingent… En septembre 1957, j’étais en Algérie, affecté à la compagnie de commandement situé dans un ancien fortin de terre. Je fus, comme tant d’autres, mobilisé pour quinze mois et libéré au bout de 28 ou 29 mois, sans jamais que soit changée la durée officielle, un modèle d’hypocrisie. L’école de la République m’avait appris la mission civilisatrice de la France, l’aide généreuse… Or, sur place, je découvrais la misère effroyable, l’injustice et aussi le mépris de l’homme algérien. Il est juste toutefois de dire que beaucoup d’appelés surent garder leur dignité comme celui qui, avec moi, mitraillettes au poing, s’est opposé à des paras de Bigeard qui au retour d’une opération, saoulés de bière, voulaient qu’on leur livre des détenus pour passer leur humeur. J’ai été libéré en décembre 1959, je n’avais jamais bénéficié de permissions, mais ceci est sans importance. Pendant 10 ans, j’ai fait des cauchemars épouvantables. Pendant 20 ans, je me suis tu, je ne voulais pas parler de ce que j’avais vu. Il m’a paru utile aujourd’hui de vous adresser mes souvenirs ».

Saint-Germain-du-Plain

Rémi Nosjean et Jean Colin

 médaillés et honorés

SAINTGERMAINDU-PLAIN.jpgLa commémoration du 19 Mars 1962 a été l’occasion de mettre à l’honneur Rémi Nosjean et Jean Colin.

Les anciens combattants du comité Fnaca de Saint-Germain-du-Plain se sont retrouvés sur la place de la Mairie pour la cérémonie commémorative du 51e anniversaire du Cessez-le-feu de la Guerre d’Algérie.

On notait la présence du maire et conseiller général Alain Doulé avec des conseillers municipaux, Roger Bernard, président du comité Fnaca de Saint-Germain-du- Plain, Georges Promonet, président des médaillés militaires, les porte-drapeaux ACPG de Baudrières et Saint-Étienne, quelques médaillés militaires du canton et la fanfare Espérance. Après la lecture du manifeste qui comporte l’ordre du jour du général Ailleret pour le Cessez-le-feu, par le président Roger Bernard, suivie d’un hommage rendu à tous les morts de cette guerre, Alain Doulé a exprimé à son tour son attachement à cette reconnaissance à l’égard des jeunes engagés dans cette guerre. Cette cérémonie commémorative s’est poursuivie au cimetière pour un autre dépôt de gerbes sur la tombe des combattants Serge Rebouillat et Daniel Mercey, morts dans cette guerre. Les anciens combattants Rémi Nosjean et Jean Colin ont reçu des mains de Georges Promonet, la médaille du combattant.

Saint-Martin-en-Bresse

Un hommage solennel

SAINTMARTINENBRESSE.jpgL’anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie, le 19 mars 1962, a été célébré en présence d’élus, de pompiers et de membres de la Fnaca.

Le comité Fnaca de Saint-Martin-en-Bresse avait convié la population à la commémoration du 51 e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie du 19 mars 1962, cérémonie commémorative pour la journée nationale d’hommage aux morts pour la France de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Autour du président du comité, Charles Gaudillat, on notait la présence de M. Voiret, conseiller général et président de la communauté de communes, M.Vernay, maire de Saint-Martin et les maires des communes du canton, M. Euvrard, président du comité d’entente cantonal ACUF et ACPG.

Le cortège, emmené par la batterie fanfare, s’est rendu devant le monument aux morts pour le dépôt de gerbes. Il a été donné lecture du manifeste du Cessez-le-feu du 19 mars 1962. L’assistance était composée de nombreux adhérents Fnaca, des présidents d’associations locales, des représentants du centre de secours de Saint-Martin et des jeunes sapeurs-pompiers. Le maire, dans son propos, a rendu hommage aux victimes civiles et militaires rappelant le travail de mémoire afin de forger un avenir de la réconciliation.

  Solutré-Pouilly

Cérémonie commémorative

SOLUTRE.jpgCommémoration du 19 Mars. Le comité local Fnaca Mâcon Sud a commémoré le Cessez-le-feu en Algérie du 19 Mars 1962, à Fuissé, Varennes et Loché. Un hommage à la mémoire des victimes civiles et militaires de ce conflit. Auparavant, les anciens combattants se sont rendus à Chânes pour déposer une plaque souvenir sur la tombe de leur camarade Roger Richard. Puis, ils se sont rassemblés au cimetière de Solutré où, en présence de la famille et du maire, une gerbe a été déposée sur la tombe de Raymond Berger, mort pour la France en Algérie en 1956. Photo Michel Moreau (CLP)

 

 

 

Tag(s) : #Associations