Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5158_photo_2.jpg

Gérard Magassa et Roger Conroux, ont été appelés en Algérie

à l’âge 20 ans.

 

http://www.laterredecheznous.com/news/fullstory.php/aid/5158/_AB_Une_guerre_pour_rien__BB.html 

 

Mercredi 19 mars 2014, c’était le 52e anniversaire de la fin de la guerre en Algérie. Témoignage de deux anciens combattants montbéliardais, Roger Conroux et Gérard Magassa.

« J' ai vu la gégène, l’entonnoir... Oui, j’ai vu des gens se faire torturer. » Ça, Roger Conroux, il ne vous l’aurait jamais dit, il y a 52 ans, quand la guerre d’Algérie s’est terminée.
Aujourd’hui, celui qui fut sous-officier chez les chasseurs alpins en grande Kabylie, entre 1957 et 58, parle ouvertement. Sans rentrer dans le détail de ces actes inimaginables. « Par pudeur », dit-il, avant de préciser :  « Dans toutes les guerres, c’est comme ça. De tout façon, à partir du moment où l’on part avec un fusil... Chez les chasseurs on a été réglos, mais il y avait toujours deux, trois brebis galeuses. On les craignaient. C’était ainsi, les hommes souffraient ; quand il y avait un relâchement, ils devenaient des bêtes... »
Mercredi, Roger et les anciens d’Algérie de la ville de Montbéliard, étaient réunis pour rendre hommage aux Français morts dans ce conflit qui a aussi un nom : « Une guerre pour rien », résument d’une même voix Roger Conroux et Gérard Magassa, le président de la FNACA(Fédération nationale des anciens combattants en Algérie) de la cité des Princes qui compte encore 150 adhérents.
Cette expression aussi, ces hommes, appelés sous les drapeaux à 20 ans, ne l’auraient jamais employée, il y a 52 ans.

F.C.

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :