Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réponse à ceux qui, souvent m’envoient ce message : « Il y a eu des morts après le 19 mars 1962 »

« Des morts suite à la guerre d’Algérie il y en a encore aujourd’hui en 2012. Par contre s’il n’y avait pas eu le cessez-le-feu le 19 mars 1962, la guerre d’Algérie aurait pu durer de nombreuses années supplémentaires… et beaucoup plus de morts... (déjà 30000 du côté français, entre 500000 et 1,5 million, selon les sources du côté algérien)... En 1962 la France était condamnée par toutes les Nations du Monde. Que vous le vouliez ou non la seule date historique qui a raccourci la durée de cette sale guerre est et restera le 19 mars 1962. L’attribution de la carte du combattant pour ceux qui étaient en Algérie après cette date, c’est aussi mon cas, (mais je possède la carte du combattant car présent depuis le 1er août 1961 jusqu’au début de l’année 1963) dépend des pouvoirs politiques auprès desquels il faut vous adresser. »

Michel Dandelot

Grand-Angoulême : Une stèle pour commémorer

le 19 mars 1962

http://www.charentelibre.fr/2012/09/08/une-stele-pour-commemorer-le-19-mars-1962,1113211.php

 1113211_4331136.jpg

 

La stèle en hommage aux Charentais morts en Afrique du Nord a été dévoilée par le maire Philippe Lavaud et la secrétaire de la Fnaca, Denise Lebon. Photo E. R.

Hier, sur le parking des Chais Magelis, une stèle à la mémoire des Charentais tués en Algérie a été inaugurée. Une volonté de la FNACA, la Fédération nationale des anciens combattants d'Algérie, depuis de nombreuses années. Le symbole est d'autant plus fort par la date choisie. «Pour que le 19 mars 1962 soit considéré comme la fin de la guerre d'Algérie», a déclaré hier Jacques Savary, le président du comité charentais de la FNACA. Soit la date du cessez-le-feu qui marqua la fin officielle des combats. La «vraie» fin de la guerre selon la FNACA, et non pas des dates «inopportunes et fantaisistes» qui «viennent masquer l'Histoire».

Cinquante ans plus tard, Jacques Savary a également rappelé que 158 Charentais dont 16 Angoumoisins sont morts pendant la guerre d'Algérie. La stèle a été découverte par le maire d'Angoulême Philippe Lavaud accompagné de son adjoint Joël Lachaud, et par Denise Lebon, secrétaire de la FNACA en Charente, et veuve de guerre.

Loir-et-Cher 

La FNACA sous le signe du cinquantenaire

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2012/09/08/La-Fnaca-sous-le-signe-du-cinquantenaire 

La-Fnaca-sous-le-signe-du-cinquantenaire_image_article_larg.jpg

Jean Gougeon, section blésoise, Georges Chaizy, délégué national

 et Robert Sèvres, président départemental.

Entre devoir de mémoire et revendication patriotique, la FNACA affirme son unité combative malgré un déficit de nouveaux adhérents.

Plus de cinq cents personnes, face aux autorités civiles et militaires, assistaient jeudi au 37e congrès départemental de la Fnaca, à la Halle aux grains à Blois. Un congrès marqué par le cinquantième anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie, ponctué de discours solennels sur fond d'histoire, évoquant les « événements d'Algérie ». « Une guerre qui dissimulait son nom » soulignait Marc Gricourt le maire. « Avoir vingt ans et les armes à la main, marque un homme pour la vie » lâchait d'une voix étreinte d'émotion Robert Sèvres, président départemental.

Forte de 2.700 adhérents en Loir-et-Cher, 350.000 au niveau national, l'association patriotique enregistre un déficit de nouveaux adhérents, dû notamment aux décès de camarades. Pour autant, son unité combative au sein des adhérents et sympathisants, reste farouchement active. Sans relâche, ils revendiquent pour l'attribution de la carte du combattant aux anciens militaires ayant effectué quatre mois en Algérie, avant le 2 juillet 1962, ainsi que pour certains points comme la demi-part fiscale aux veuves, après 75 ans. Outre ces demandes techniques, la FNACA, qui néanmoins entretient de bonnes relations avec les services de l'État, interpelle haut et fort le gouvernement sur la date commémorative du 5 décembre. « Elle ne correspond à rien, s'indigne Georges Chaizy, délégué national. Nous demandons l'abrogation du texte 2003 - 225, et voulons que le 19 mars soit reconnu date officielle de commémoration »
Lors de la cérémonie qui a suivi le congrès, Marcel Callu et Henri Gontier, responsables FNACA, ont cité à l'ordre des morts pour la France, les 141 Loir-et-Chériens tués en Afrique du Nord, entre 1954 et 1962. Un moment de recueillement d'une intense émotion, envahissait alors la place de la République. Précédent le défilé de clôture, Jean Gougeon, président de la section blésoise, Georges Chaizy et Robert Sèvres se sont inclinés devant la stèle des camarades, tombés à la guerre d'Algérie.

Cor. NR : Michel Lomba

 

Tag(s) : #Associations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :